L’Actualité Les blessés des incendies de tizi ouzou se meurent dans l’indifférence

À quand leur transfert à l’étranger ?

  • Placeholder

Samir LESLOUS Publié 22 Septembre 2021 à 01:33

© D. R.
© D. R.

Pas  moins  de  10  brûlés  des  feux  de  forêt  ont  succombé  à  leur blessures  à l’hopital de Douéra. Alors que le président Tebboune avait promis la prise en charge des plus touchés dans des hôpitaux étrangers en cas de nécessité, les familles des victimes butent  sur des blocages administratifs incompréhensibles. Elles lancent un cri de détresse. 

Les brûlés des feux de forêt de Kabylie hospitalisés à Douéra meurent les uns après  les  autres.  Dix  en  tout, dont  deux  ont  rendu  l’âme  hier,  alors que d’autres sont en réanimation. Les villages touchés par les flammes continuent d’enterrer les victimes dans une indifférence générale.

À Ikhledjen, les habitants tirent la sonnette d’alarme et lancent un cri de détresse dans l’espoir de sauver les  survivants  des feux.  Les blessés nécessitent en urgence leur transfert à l’étranger.

Les démarches engagées par les familles  des victimes pour obtenir une prise en charge dans des hôpitaux étrangers butent sur des blocages administratifs incompréhensible. 

Pourtant, le chef de l’État Abdelmadjid Tebboune, lors de son déplacement à l’hôpital de Douéra au lendemain du drame  des  feux  de forêt, avait promis qu’en cas  de nécessité, “l’État  s’engage  à  envoyer  les  blessés  dans  les meilleurs hôpitaux à l’étranger”. Pourquoi ça bloque alors ?   

Les habitants du village Ikhlidjen ont décidé, samedi dernier, de se réunir pour lancer un cri de détresse concernant la situation de leurs concitoyens hospitalisés à l’hôpital de Douéra pour les graves brûlures occasionnées par les incendies qui ont ravagé la Kabylie en août dernier, leur douleur ayant atteint son paroxysme eux, qui, plus d’un mois après le drame, continuent à enterrer les leurs. “Ikhlidjen a assez pleuré, nous ne pouvons plus rester les bras croisés. À ce rythme, on nous enverra chaque semaine un cercueil. L’État doit tenir sa promesse”, a lancé un jeune à l’ouverture de cette réunion du village qui avait pour objet de débattre des démarches à entreprendre pour obtenir l’évacuation vers l’étranger des grands brûlés comme promis par les hautes autorités du pays.

C’est le 14 août dernier que le président Tebboune, qui rendait visite aux premiers brûlés évacués vers Douéra, a annoncé le transfert des plus touchés vers des hôpitaux étrangers, afin d’y revevoir les soins nécessaires à la charge de l’État. Une promesse qui n’a pas manqué de soulager les familles des victimes et même toute la région.

Seulement, plus d’un mois après, les proches des victimes et les habitants de la région n’ont rien vu venir. Pis encore, ils assistent à chaque fois, impuissants, à l’arrivée de nouveaux cercueils au village.

Rien que dans la journée d’hier, le village d’Ikhlidjen, qui a déjà enterré 22 habitants, a de nouveau été sous le choc en apprenant que deux autres habitants avaient succombé à Douéra. Il s’agit de la jeune Imerzoukene Radia, qui a laissé derrière elle deux orphelins et son mari, Dahoun Rachid, âgé de 52 ans.

“Ce sont ainsi cinq victimes qui ont succombé depuis début septembre, atteignant un total de 24 morts suite aux incendies”, nous précise Mohand Belkalem, un membre du comité de village, qui rappelle que trois des 22 brûlés hospitalisés dans cet hôpital algérois ont déjà succombé ces deux dernières semaines. 

Il s’agit d’Abdiche Tarik et de son père Tayeb qui a déjà perdu son épouse, ses deux fils et sa fille lors de la triste journée du 10 août, lorsque le village a été la proie de gigantesques flammes.

Quelques jours plus tard, alors  que  les  larmes  n’avaient  pas encore séché dans ce village martyr, voilà qu’un autre habitant, Malik Daoud, âgé de 49 ans, meurt à son tour.

Le village mitoyen  d’Ath Mimoun  n’a pas  été, lui aussi, épargné lorsque ses habitants ont appris que Boussad Ferdi, un ancien avocat, a succombé à ses blessures.

Cependant, à Ath Yenni, les habitants pleuraient Chabane Zahem qui venait de décéder à Douéra, et ceux d’Ath Ali Oumhand ont inhumé, dans la douleur, Kezzouli Mhidine, qui laissé deux orphelins.  Au village Ath Atteli, on a également également Ferroudja Bouanam, et à Azzouza, Malik Azouz. 

Ainsi, rien que durant les deux premières semaines de septembre, ce sont au moins huit grands brûlés qui ont succombé au service des grands brûlés de Douéra. “Des victimes dont certaines auraient probablement pu être sauvées, telles que Malek Daoud qui était l’un des moins touchés par les flammes”, déplore Mohand Belkalem, qui a rendu visite à plusieurs reprises aux malades hospitalisés.

“Nous ne  remettons  pas  en  cause  les  capacités  du  personnel  médical de Douéra, mais il n’échappe à personne qu’il y a manque de moyens, d’où notre insistance pour que ces brûlés soient transférés en urgence à l’étranger”, nous dira un autre habitant d’Ikhlidjen.

Selon les informations obtenues  par  les  habitants  de  ce  village de Larbâa Nath Irathen, c’est à la Cnas de Ben Aknoun que les procédures de transfert traînent.

“Tantôt, on nous dit que le transfert est retardé par les cas de Covid, tantôt par la présence d’un autre virus et ensuite par le fait qu’il manquait l’approbation du professeur en charge du service en question pour finaliser la procédure. On ne comprend plus rien. À présent, on soupçonne l’absence de volonté de les transférer”, explique, par contre, M. Belkalem.

Appuyant la demande des proches des victimes, l’élu à l’APW de Tizi Ouzou, Kaci Tansaout, a saisi, avant-hier, le wali de Tizi Ouzou pour lui demander d’intervenir “en urgence auprès des plus  hautes  autorités du pays pour le transfert, dans les plus brefs délais, de tous les brûlés, notamment les plus graves, qui  sont  hospitalisés  à  l’hôpital  de  Douéra, vers  des  hôpitaux étrangers, afin d’y recevoir les soins adéquats”.

Tout en rappelant la promesse faite le 14 août par les hautes autorités du pays, cet élu a souligné que “depuis cette annonce, les familles et proches de ces victimes n’ont ménagé aucun effort pour les démarches nécessaires au niveau local…, mais malheureusement, elles sont confrontées à des blocages à la Cnas de Ben Aknoun, à Alger, ce qui aggrave et retarde la procédure de prise en charge par l’État”.

“Actuellement, sur  l’ensemble  des  brûlés  hospitalisés  à  Douéra, 22 personnes, dont 18 de la commune  de Larbâa Nath Irathen, attendent toujours  leur  transfert”, précise  cet  élu qui, tout  comme les proches des victimes, espère que les autorités puissent agir rapidement pour redonner espoir à ces familles qui souffrent le martyre. 
 

Samir LESLOUS

 

 

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute