Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Déploiement des unités de la BRB et de la BRI

Alger : les quartiers chauds nettoyés

Des éléments de la police dans un barrage fixe à Alger. © F. Belgacem/Liberté

La capitale est en passe de se débarrasser des noyaux durs de la petite et grande délinquance, du trafic en tous genres et du grand banditisme qui écument les quartiers chauds. C’est, du moins, ce qui ressort des déclarations des responsables de la sûreté de la wilaya d’Alger qui, lors d’une sortie organisée dimanche soir dans le Grand-Alger, ont dévoilé la nouvelle feuille de route de la Police judiciaire déployée sur tous les fronts. Selon le chef de la BMPJ (Brigade mobile de la Police judiciaire) d’El-Madania, Mourad Ouou, le démantèlement des bandes organisées de Climat-de-France et l’arrestation des meneurs ont marqué un virage décisif dans la lutte contre la grande criminalité à Alger et, par ricochet, l’anéantissement du dernier noyau dur du grand banditisme.
“Nous les avons tous éradiqués dans ces quartiers. Climat-de-France a été une épreuve difficile, certes, mais nous avons changé de mode opératoire grâce aux unités combinées pour réussir notre opération coup-de-poing”, a révélé M. Ouou. Pour arriver à ce résultat, la sûreté de la wilaya d’Alger a déployé les éléments de la nouvelle unité, la BRB (Brigade de répression du banditisme), aux côtés de la BRI (Brigade de recherche et d’investigation) qui relèvent de la division Centre d’Alger. “Nous avons maintenu une forte pression sur ces noyaux pour identifier les éléments dangereux avant de procéder à leur arrestation. Ces derniers étaient notamment spécialisés dans le trafic de drogue, des armes, le vol des véhicules, les agressions à l’arme blanche, les braquages et le vol caractérisé”, a indiqué cet officier, affirmant que le nombre d’arrestations, durant les trois premières semaines du Ramadhan, avoisine les 50 individus par jour. “Nous avons déployé durant toute l’année deux dispositifs, en surface et en immersion, et nous avons maintenu cette pression durant ce mois sacré. Le résultat est là, et nous ne comptons pas nous arrêter en si bon chemin, notamment durant la dernière semaine du mois de Ramadhan où les familles sortent pour effectuer leurs achats en prévision de l’Aïd el-Fitr”, explique encore M. Ouou.
Au quartier Kettani de Bab El-Oued, comme à la promenade des Sablettes (Mohammadia), à El-Harrach et à Bachdjarah, la sérénité et le calme régnaient dans les cités. En témoignent ces milliers de familles qui sortent après la rupture du jeûne pour effectuer leurs achats, ces jeunes attablés aux terrasses pour siroter leur café ou encore ces jeunes qui s’adonnent à des parties de babyfoot. Le nettoyage de ces quartiers de la petite et grande délinquance, mais surtout du banditisme, ne suffisait pas pour instaurer un climat de quiétude dans la capitale. La sûreté de wilaya était contrainte de mobiliser des unités fixes et mobiles du SSP (Service de la sécurité publique) établies à l’état-major de Bab Ezzouar et dont la compétence s’étend sur toute la surface de la capitale, pour épauler les unités de la BRB et de la BRI. En effet, des brigades mobiles de la PJ sillonnent, de jour comme de nuit, le Grand-Alger pour traquer les individus suspects et les délinquants qui sèment la terreur sur les routes et les lieux mal éclairés.
Grâce au dispositif PC/Motorola relié à la salle trafic, aux caméras de surveillance et aux unités héliportées, les policiers guettent les individus dangereux et procèdent à des identifications systématiques des personnes et des véhicules. Ce dispositif permet de traiter jusqu’à 100 000 données avec une grande précision des filiations des personnes et de la traçabilité des véhicules signalés. En parallèle, sont déployés des véhicules banalisés, équipés de caméras infrarouges, pour permettre d’agir rapidement dès qu’il s’agit de la sécurité publique. “La peur a changé de camp. Les individus qui se revendiquaient des gangs dans les quartiers se sont rendus à l’évidence. La grande majorité des personnes arrêtées étaient des consommateurs potentiels de psychotropes”, a encore développé notre interlocuteur, révélant que l’implication des citoyens a sensiblement contribué à traquer le banditisme.
Du reste, cet impressionnant dispositif sera maintenu pendant et après la fête de l’Aïd el-Fitr. Interrogé à ce propos, le chargé de la communication à la sûreté de la wilaya d’Alger, Mouloud Ibazatene, a affirmé que “ce dispositif sera renforcé pour sécuriser le déplacement des familles et réguler la circulation routière. En plus des brigades mobilisées, nos services renforceront le contrôle par des radars et des patrouilles pédestres pour sécuriser les personnes et les biens”. Signalons, enfin, que la sûreté de la wilaya d’Alger maintient, jusqu’au dernier jour du Ramadhan, les tentes déployées dans les barrages pour servir des repas chauds aux automobilistes retardataires et aux voyageurs.


Farid Belgacem

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER