Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Son staff de campagne interpelle le ministre de l’Intérieur

Ali Ghediri victime d’entraves et de filature

Le général-major à la retraite Ali Ghediri. © yahia magha/Libeté

Des agents d’APC découragent les électeurs qui souhaitent parrainer la candidature du général à la retraite, qui vise la collecte de 500 000 signatures.

À la permanence électorale nationale du candidat à l’élection présidentielle, Ali Ghediri, l’activité est intense. Un incessant va-et-vient entre les bureaux anime le siège, situé dans un quartier retiré d’Hydra. “Nous recevons, du matin au soir, des chefs de partis politiques, des représentants de la société civile, des personnalités nationales et des citoyens. M. Ghediri s’entretient avec eux sans exception et sans protocole”, révèle Me Mokrane Aït Larbi, coordinateur national de la campagne électorale. La présidente de l’UCP (Union pour le changement et le développement), Me Zoubida Assoul (également l’une des animateurs du mouvement Mouwatana), et la moudjahida Louisette Ighil Ahriz ont déjà communiqué publiquement sur leur adhésion à la candidature du général à la retraite à la plus haute fonction dans la hiérarchie de l’État. Qu’en est-il des autres ? “Des annonces se feront au moment opportun”, soutient notre interlocuteur, assurant que la préparation de la campagne électorale avance à une bonne cadence. “Nous avons entamé l’opération de collecte des signatures au lendemain de la déclaration de candidature et du retrait des formulaires (le dimanche 20 janvier auprès du ministère de l’Intérieur)”, a-t-il poursuivi. Il évoque aussitôt les écueils posés par l’administration locale. “Pendant 48 heures, les agents d’APC refusaient de légaliser les formulaires au motif qu’ils n’avaient pas encore reçu d’instructions. Pourtant la loi est claire”, nous raconte Me Aït Larbi. Les entraves n’ont pas cessé, par la suite. Il affirme que dans certaines mairies, les fonctionnaires tergiversent à valider les signatures. “Ils ballottent le citoyen d’un bureau à un autre, lui disent de revenir parce que le cachet n’est pas disponible, ou que le responsable est absent… Tout est fait pour décourager les électeurs à souscrire pour la candidature d’Ali Ghediri. Nous contournons ces difficultés par la présence d’huissiers de justice”, développe-t-il. Il nous remet en mains propres un communiqué qu’il comptait envoyer aux organes de la presse nationale dans la journée. “Au moment où la campagne pour la collecte des signatures de parrainage atteint sa vitesse de croisière, certaines APC multiplient les entraves, et parfois les intimidations contre les citoyens qui parrainent le candidat Ali Ghediri”, a-t-il consigné dans le document. Il y est fait état aussi de filature de l’ancien haut gradé de l’ANP par des “inconnus à bord de véhicules banalisés. Même les membres de sa famille sont ciblés par des mesures de rétorsion indignes”. Au regard de l’un des avocats les plus réputés du barreau d’Alger, “cette délinquance institutionnelle” ne pourra pas émousser la détermination du candidat et de son équipe de campagne à aller jusqu’au bout. “Nous interpellons le ministre de l’Intérieur pour rappeler à l’administration son devoir de neutralité, dans le respect de la Constitution et des lois de la République, et à mettre en garde ses agents contre les dérives qui engagent leur responsabilité pénale”, a-t-il averti. La collecte du minimum de 60 000 souscriptions des électeurs est-elle compromise ? Non, a spontanément répondu le coordinateur national de la campagne d’Ali Ghediri. “Nous mettons la barre très haut. Nous n’allons pas nous suffire des 60 000 signatures. Nous ciblons 500 000 parrainages. Des élus ont aussi signé pour nous. Mais nous ne pouvons donner aucun chiffre à ce stade de l’opération”, a-t-il attesté. Les délais sont encore longs jusqu’au dépôt du dossier de candidature au Conseil constitutionnel au plus tard 45 jours après la date de publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral, soit le 4 mars prochain à minuit.


Souhila Hammadi

 

ARTICLES CONNEXES

  • Collecte des signatures pour le candidat Makri
    L’opération avance malgré les blocages

    Le parti a mis en place une instance nationale chargée de l’élection présidentielle, qui a tenu, hier, sa première réunion et ce, dans la perspective d’étendre ses démembrements au niveau des wilayas et des communes.

  • recueil de signatures
    Le PT fera son bilan à la fin de la semaine

    Le Parti des travailleurs (PT), dont les consultations sont en cours avec sa base militante pour décider de la meilleure option à prendre vis-à-vis

  • Le directoire de campagne installé avant l’annonce officielle de la candidature de bouteflika
    5e mandat : le décor avant le show

    Abdelmalek Sellal est rappelé par le clan présidentiel pour être nommé directeur de campagne du candidat Abdelaziz Bouteflika. Il sera secondé par Mustapha Rahiel et Amara Benyounès à la communication.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER