Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Vente de la viande importée par Kamel Chikhi

Attention à la date de péremption !

Les containers de la viande importée du Brésil lors de leur déchargement au port d’Oran. ©D. R.

L’Association de protection et d’orientation du consommateur fait porter la responsabilité, en cas de mise sur le marché de ce produit, aux autorités locales et aux services compétents.

Après la saisie de la viande fraîche importée par l’opérateur Kamel Chikhi dit le “boucher” à Oran, les services des douanes en collaboration de ceux de la wilaya auraient, selon une source sûre, procédé jeudi à la vente aux enchères de la marchandise, soit plus de 350 tonnes.
Cette décision a été prise dans le cadre de l’enquête liée aux 701 kilogrammes de cocaïne saisis au large d’Oran, la semaine dernière. Le produit étant périssable, les autorités ont décidé de le revendre dans les plus brefs délais aux commerçants qui, à leur tour, le proposeront aux consommateurs. Or, il se trouve que la date de péremption d’une majeure partie de ce stock est prévue pour le 4 juillet en cours, soit dans un délai de deux jours maximum. Devant pareille situation, cette viande ne doit aucunement être commercialisée, sinon, elle risque de porter atteinte à la santé du consommateur.
L’approche de la date de péremption a suscité d’ailleurs la réaction de l’association de protection et d’orientation du consommateur (Apoce) qui ferait porter la responsabilité, en cas de mise sur le marché de ce produit, aux autorités locales et aux services compétents. Il faut dire que la consommation d’un tel aliment risque de provoquer une intoxication à grande échelle. Pourtant, l’Algérie s’est toujours montrée exigeante quant à la qualité de la viande importée. Les différents ministres qui se sont succédé au département de l’Agriculture avaient, à chaque occasion, rappelé que “chaque kilo de viande importé est soumis à un strict contrôle et à des analyses complètes avant sa commercialisation”.
Reste à savoir si cette marchandise garnira les étals des boucheries et sera proposée aux consommateurs ? Il y a lieu de préciser aussi que les saisies de produits alimentaires effectuées par les douanes ne sont généralement pas destinées de manière systématique à la revente sur le marché. Après contrôle par un laboratoire de qualité, ce type de produit est réaffecté au profit des résidents des hospices et autres maisons de vieillesse.
Dans de nombreuses opérations de saisies de poulets, de viandes rouges, et autres aliments…, réalisées par la direction du commerce d’Alger, pour ne citer que cette structure, la marchandise est envoyée aux établissements de retraités…et autres. Contacté, le président de l’Apoce, Mustapha Zebdi, confirme l’information. “Ce qui nous préoccupe, c’est cette date de péremption qui expire le 4 juillet. Autrement dit, si cette viande était commercialisée, elle risquerait d’être dangereuse pour la santé des consommateurs. C’est une menace sérieuse pour la santé des Algériens”, avertit-il en s’adressant aux responsables concernés.
Pour avoir plus de détails sur cette opération de vente, nous avons tenté de prendre contact avec la direction générale des douanes (DGD). Cependant, nos diverses tentatives se sont avérées vaines. L’on a fini par comprendre que la DGD ne veut pas s’exprimer sur cette affaire. Cette quantité de viande fraîche qui a été saisie avec la cargaison de cocaïne sur le bateau “Vega Mercury”, en provenance du Brésil, avait été importée, faut-il le souligner, pour être commercialisée durant le mois de Ramadhan dernier.
Or, l’ouverture d’une vente aux enchères à quelques jours de la date de péremption de cette viande, signifie  que celle-ci devrait être placée immédiatement sur le marché national. Ce qui a poussé l’Apoce à solliciter l’intervention des pouvoirs publics en urgence pour empêcher la commercialisation de cette viande par les détaillants.

B. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER