Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

C’EST LA BRANCHE LA PLUS ACTIVE ET LA PLUS LITIGIEUSE

Automobile : un gouffre financier pour les assureurs

Le remboursement des sinistres, l’autre hécatombe des accidents de la route. ©D. R.

Les sociétés d’assurance ont réglé durant les cinq exercices précédents (2010-2014) plus de 200 000 dossiers en souffrance pour un montant global de 8,10 milliards de dinars.

Le règlement des sinistres matériels véhicules, enregistrés au niveau de la branche dommage chez les compagnies d’assurances, risque de s’inscrire encore dans la durée, à se fier à un document rendu public hier par l’Union des assureurs et des réassureurs (UAR). Annoncés pour la fin de l’année 2016, ces dossiers en suspens continuent de faire des mécontents parmi les clients qui ne savent plus comment faire pour récupérer leur dus. Selon ce document signé par 11 compagnies d’assurances à l’occasion de la cinquième cérémonie d’échanges de chèques entre les sociétés d’assurance, toutes signataires de la convention ARCM (Assainissement des recours au coût moyen), l’opération d’assainissement des dossiers sinistres automobiles au titre des recours intercompagnies se poursuit toujours, et ce, après avoir traité et réglé les contentieux de quatre exercices successifs des années 2010 à 2013.
Ainsi, il a été révélé que sur les six programmes engagés par l’UAR et ses adhérents, deux autres opérations, et pas des moindres, concernent toujours les recours cumulés, sachant que les assureurs auront du pain sur la planche à cause de la croissance du parc automobile depuis l’année 2013. En ce sens, l’UAR vient d’engager la cinquième opération pour assainir des dizaines de milliers de dossiers en suspens qui, selon l’UAR, “faisaient l’objet de contestations, principalement pour cause de déclarations contradictoires entre les assurés, rendant difficile, voire impossible, l’exercice du recours de manière classique”. Mises devant le fait accompli, certaines compagnies avaient même fait l’objet de sanctions de la Commission de supervision des assurances relevant du ministère des Finances, afin d’approvisionner leurs comptes et rembourser les sinistres, objets de discordes entre les assurés et les assureurs. Ainsi, lors de cette cérémonie, il a été procédé à l’échange des chèques entre les sociétés concernées pour un montant global de plus de 2,8 milliards de dinars pour le règlement de 66 538 dossiers ayant fait l’objet d’un traitement et/ou d’un règlement au titre de l’exercice de 2014. Les assureurs, qui avaient constaté un “impact positif” durant les quatre exercices précédents, estiment qu’il était temps d’accélérer les procédures pour éviter de nouveaux cumuls. Selon les chiffres de l’UAR, les sociétés d’assurance auront, ainsi, réussi à régler, durant les cinq exercices précédents (2010-2014), plus de 200 000 dossiers en souffrance pour un montant global de 8,10 milliards de dinars. Du reste, l’UAR s’attelle à lancer la sixième opération pour l’exercice de 2015 pour assainir la totalité des dossiers en litige et traiter l’ensemble des recours qui sommeillent encore dans les tiroirs des compagnies. “Ces opérations d’assainissement inscrites comme un des objectifs que les assureurs se sont fixés, à savoir l’amélioration de la qualité de service pour la satisfaction de la clientèle et le renforcement de la confiance des assurés à l’égard des assureurs, ont eu des retombées très positives pour le secteur des assurances”, a estimé l’UAR.
Il faut noter que grâce à l’ARCM, le délai de remboursement des sinistres automobiles a été réduit à 45 jours pour les sinistres inférieurs à 150 000 DA et à 60 jours pour les sinistres supérieurs à 150 000 DA. À terme, l’UAR compte lancer un projet de plateforme informatisée des sinistres déclarés et d’un fichier national des conducteurs, pour fluidifier le traitement des sinistres et le recensement des conducteurs réfractaires et récidivistes.

FARID BELGACEM


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER