Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

#LibertéVENDREDI

BACGATE

©D.R.

Jusqu’à l’écriture de ces lignes, le « destin » du baccalauréat, version 2016,reste toujours flou. L'incertitude demeure. candidats et parents se retrouvent dans un désarroi total. Y aura-t-il une autre session pour août ou septembre ? Le bac sera-t-il maintenu malgré les graves cas de triche constatés à travers plusieurs régions du pays et concernant plusieurs sujets d’examen ? La décision n'est toujours pas tombée.

Les facettes de ce BACGATE ont été multiples. En voici quelques unes. 

Responsables mais pas décisionnaires!

Les partenaires sociaux du ministère de l'Education nationale ont signé, dans la nuit de jeudi à vendredi, un communiqué conjoint suite aux fuites des sujets de certaines épreuves du Bac et dans lequel ils soulignent que le dernier mot revenait au gouvernement. Ainsi ils se sont d'accord de botter en touche pour ne pas prendre de décision. La balle se retrouve chez Abdelmalek Sellal.  

A noter que le conclave de la soirée de jeudi a duré près de huit heures. Pour l’histoire, voici la liste des signataires  qui ont décidé de ne rien décider.

Le communiqué a été signé par :

  • Nouria Benghebrit, ministre de l'Education nationale,
  • Meziane Meriane, Coordonnateur national du SNAPES,
  • Sadek Dziri, président de Unpef,
  • Boualem Amoura, SG de la SATEF,
  • Mohamed Hamidat, SG du SNAPEP,
  • Sidali Bahari, SG du SCCOPEN,
  • Khaled Ahmed, président de l'Association nationale des parents d'élèves,
  • Dalila Khiar, présidente de la Fédération nationale des associations des parents d'élèves.

Le représentant du Conseil des lycées d'Algérie (CLA), présent à la réunion, n’a pas signé le communiqué.

Les chiffres du ministère de l’Education nationale (publiés jeudi 02 juin)

Avant la réunion, un communiqué du ministère de l'éducation, avait été publié, hier, jeudi, sur la page facebook officielle du département de Benghebrit. Plusieurs chiffres, concernant les cas de fraude constatés durant les épreuves du Bac, avaient été donnés.  Il a été ainsi mentionné que "la triche traditionnelle (copiage, utilisation d'antisèches, etc…) a diminué de 20%". Egalement 221 candidats ont été exclus pour avoir utilisé un téléphone portable. A ceux là il faut ajouter le cas des 907 candidats retardataires, dont 80% sont des candidats libres (728), qui « ont été sanctionnés ». 

Le faux communiqué

Plus le mensonge est gros plus il passe. La citation a été encore une fois vérifiable. Après les faux sujets, les réseaux sociaux se sont amusés à publier des fausses informations. La plus "grosse" était un document, en arabe, avec l'en-tête de l'office du bac  (daté du 01 juin 2016) et dans lequel il est indiqué que le bac 2016 a été "officiellement" annulé et qu'une nouvelle session sera organisée en août prochain. Même s'il était très facile de détecter qu'il s'agissait d'un "fake", ce document a été très partagé sur les réseaux sociaux, suscitant parfois des réactions

 

Les "fausses" larmes de Benghebrit

Le Bac 2016 a vu réapparaître plusieurs anciennes vidéos et images qui ont été "actualisées" trompant ainsi les internautes.  Les photos de Benghebrit pleurant de chaudes larmes en sont la meilleure illustration. Présentées comme une réaction de la ministre après avoir constaté l'ampleur de la tricherie durant ce bac, ces images remontent finalement à plusieurs mois. Exactement à novembre 2015 à Tebessa. Nouria Benghebrit avait fondu en larmes à l'écoute d'un poème lu par un enfant malade. des images utilisées dans un contexte très différent. 

 

 

 

Les indignés

Depuis le début des épreuves la toile a été submergée par les dénonciations. 

Un post publié sur plusieurs pages facebook: (Traduction: "Quelles que soient tes déceptions dans la vie, quelle que soit la gravité de ta maladie, ne te soigne pas chez quelqu'un qui a eu le Bac 2016")

 

Capture d'écran du post d'une soeur à une candidate

 

Lire également l'article de Liberte-algerie.com en cliquant ICI

 

«Mme Benghebrit,  j’interpelle votre conscience »

Une de nos lectrices, mère d'une candidate au bac, nous a envoyé ce texte dans lequel elle interpelle la ministre de l'éducation nationale:

"Mme Benghebrit   quand vous avez pris la tête de l’éducation nationale j’étais contente, (car j’ai déjà assisté à vos conférences à l’INFP d’El Biar dans les années 90), je me suis dite enfin ! une pédagogue, une personne compétente  qui va améliorer et moderniser le secteur de l’éducation.

Vous avez été attaquée par les islamistes qui ont utilisé tous  les subterfuges  pour que vous partiez.   vous vous êtes bien défendue toute seule d’ailleurs  et j’ai admiré votre courage. Mais aujourd’hui, que les épreuves du bac  série science sont  toutes sorties sur le net avant les épreuves, je trouve inadmissible que vous dites « MA3ADHOUMCH EL GUALB » (ils n'ont pas de coeur, ndlr) ceux qui disent refaire la Bac !!

 Etant parente d’une élève terminale science studieuse qui a travaillé toute l’année,  vous trouvez juste  qu’elle soit devancée par des cancres qui ont préparé les épreuves du bac comme un devoir à la maison !!??

Mme Benghebrit j’interpelle votre conscience professionnelle !! Vous devez refaire le bac 2016 ! Pour des  raisons  d’équité d’une part  et pour sauver la crédibilité du baccalauréat algérien d’autre part. Mme Benghebrit vous être à la tête d du ministère de l’éducation ! Et comment vous acceptez que la fraude soit banalisée et même encouragée !

Mme Benghebrit  cette semaine a été un cauchemar  pour moi  et pour ma fille,  comme  beaucoup d’autres élèves et parents dans le même cas. Mme Benghabrit j’ai pleuré pour ma fille qui a travaillé, veilleédes nuits,…. Et j’ai pleuré pour mon pays ! Pour l’avenir de l’Algérie ! Mme Benghabrit  j’interpelle encore  votre conscience   et je vous dis  un dernier mot il ne faut pas toucher à la jeunesse !! De grâce pas la jeunesse !! C’est un crime que vous être entrain de faire si vous ne refaite pas le bac !"

 

Saâd Bouakba, les "complotistes" et le marché des brouilleurs

Saad Bouakba, dans sa chronique sur EL Khabar de ce vendredi, est revenu sur le scandale de ce bac 2016. Il fustige les "complotistes"  "S'il a été possible pour ceux de l'intérieur de réaliser un complot aussi immense que celui là, et ni le ministère ni le gouvernement n'ont pas trouver une solution, alors comment ça aurait été si le complot contre l'Algérie, et le gouvernement de l'Algérie, était l'oeuvre de la Sdece (ex service de renseignement extérieur français, ndlr) ou de la CIA ?" . Saâd Bouakba ira encore plus loin. Il remet en cause le travail en amont du début des épreuves du Bac."Ce qu'ignore l'opinion publique c'est que la ministre (...) et les génies qui l'entourent, ont été tellement géniaux dans la lutte contre la triche qu'ils ont achetés des appareils pour brouiller le réseau internet et qui ont été installés uniquement dans la capitale, parce que la médiocrité n'existe que dans la capitale, et la triche également, mais la triche  était également dans l'achat de ces appareils puisqu'il s'est avéré qu'ils étaient défectueux (...) je ne peux pas dire tout ce que je sais sur cette "mascarade", par peur sur "la sécurité et la stabilité du pays." " Une conclusion lourde d'insinuations. 

Certains parents d'élèves...

Une vidéo (d'une "actualité criarde" comme l'a présenté l'un des internautes) est en train de faire le buzz depuis quelques jours. Elle montre les conséquences futures de la tricherie. Nombreux ont été les "aînés" à la partager en interpellant les candidats au bac version 2016.

Elle "touche" les étudiants et les enseignants. Il reste à trouver une vidéo spéciale concernant une autre catégorie de "coupables" (pas tous évidement), les parents d'élèves. Nombreux parmi eux ont aidé leur progéniture dans la "récupération", et la correction, des sujets. Des parents qui ne peuvent finalement être respectés ni par leurs enfants ni par les autres.

SalimKOUDIL

@SalimKoudil


ARTICLES CONNEXES


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
2 réactions
Réda le 04/06/2016 à 9h31

Venons au faits : C'est un attentat cybercriminel contre un pays et on État, bien au-delà d'un ministère. L'ONEC est exclusivement, dans la responsabilité. 15 pages FB, 150 comptes dont une partie en étranger ! Une "cyber-Tigentourine". Qui sont les commanditaires ? L'objectif dépasse le staff ministériel. Une attaque externe au déroulement de l'examen. La fraude classique est beaucoup moindre que l'année passée. (../..)

Réda le 04/06/2016 à 9h50

Qui peut garantir les conséquences d'une annulation (v. parents des candidats au moins), et une autre session sans fraudes ?! l'ONEC ? Avant ou après l'enquête en cours ? .. Cette ministre, qui a finit une année sans grèves, et fait l'objet d'invectives et d'intox insupportables depuis son arrivée. l'héritage calamiteux de ce secteur est encore là. Elle mérite par contre notre soutien, et d'autres solutions en dehors de son secteur. Ne nous trompons pas de cible (comme la meute),et voyons loin !

Commentaires
2 réactions