Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Incidents du match USMA-Club des forces aériennes d’Irak

Bagdad fait la “moue diplomatique”

L’ambassadeur d’Algérie à Bagdad, Abdelkader Ben Chaâ, a été convoqué, hier, par les autorités irakiennes qui ont protesté contre les agissements des supporters algériens, dimanche soir, qui ont scandé des chants pro-Saddam Hussein et hostiles aux chiites, lors du match qui a opposé l’USM Alger à l’équipe irakienne Club des forces aériennes, dans le cadre du championnat arabe. Dans un communiqué rendu public sur le site de leur ministère des Affaires étrangères, les Irakiens ont “dénoncé le comportement de certains des présents parmi les supporters algériens lors du match du Club des forces aériennes irakiennes du championnat arabe, et qui a nui aussi aux relations profondes et fraternelles qui lient nos deux pays frères”.
Ces chants à la gloire de l’ancien dictateur et foncièrement anti-chiites ont provoqué un tollé en Irak, ce pourquoi les autorités irakiennes “demandent des éclaircissements de la part des parties en lien avec ce comportement indigne, et ont convoqué l’ambassadeur de la République algérienne à Bagdad pour l’informer et, à travers lui, informer le gouvernement algérien de notre refus et de l’indignation des Irakiens et du gouvernement, lui rappelant son devoir de protéger les Irakiens présents en Algérie”, lit-on dans le communiqué signé par le porte-parole du MAE irakien, Ahmed Mahjoub. Et d’insister sur le fait de “s’éloigner de tout ce qui peut provoquer la sensibilité de notre peuple quant aux tentatives de redorer le blason de l’ancien régime dictatorial de Saddam”. Ainsi, des incidents ayant eu lieu dans un stade ont frisé la crise diplomatique et mis encore une fois l’Algérie dans une situation inconfortable. Et ce n’est pas la première fois qu’un fait qui pourtant n’engage pas la responsabilité du gouvernement algérien provoque la réaction exagérée des pays dits frères, qui n’hésitent pas à charger Alger, se permettant même de convoquer ses représentants diplomatiques et d’émettre des protestations virulentes.
L’on se rappelle du tifo des supporters de l’équipe d’Aïn M’lila, représentant un visage dont la moitié était celle du roi saoudien et l’autre celle du président des États-Unis, où était inscrit “Deux faces d’une même pièce”, en référence au soutien de Riyad au plan américain d’occupation israélienne de la Palestine.
L’incident a fait réagir violemment l’Arabie saoudite, obligeant les autorités algériennes à présenter leurs excuses publiques par le biais du Premier ministre Ahmed Ouyahia.
Après avoir repris des couleurs au début des années 2000, l’Algérie a perdu de son aura depuis quelques années. Avec la maladie du président Abdelaziz Bouteflika et son absence prolongée, la diplomatie algérienne s’est retrouvée peu à peu en marge des grands dossiers régionaux et internationaux.

Lyès Menacer


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER