Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Le dispositif a été mis en place par la gendarmerie

Barrages filtrants hier aux entrées d’Alger

Les accès à la capitale ont été bloqués, hier, par d’importants dispositifs de sécurité pour empêcher les citoyens d’y accéder pour prendre part à la marche contre les dernières décisions du chef de l’État. Les minibus, les camionnettes et les véhicules particuliers ont été passés au peigne fin par la Gendarmerie qui a déployé, outre son dispositif habituel, les troupes antiémeutes. Les manifestants étaient contraints de descendre de leurs véhicules et de rallier, à pied, Alger-Centre et la place du 1er-Mai.
C’est ce que nous avons constaté à Dar El-Beïda où des centaines de gendarmes étaient mobilisés pour barrer la route aux manifestants. Ce barrage a provoqué un embouteillage de près de 8 km. Énervés, les automobilistes n’ont pas cessé de klaxonner, alors que d’autres scandaient des slogans hostiles au pouvoir, à Bouteflika, au nouveau Premier ministre, Noureddine Bedoui, à son vice-Premier ministre, Ramtane Lamamra, et à Lakhdar Brahimi. “Ni Bouteflika, ni Bedoui, ni Lamamra, ni Brahimi”, “Système dégage !”, “Djazaïr hourra dimoucratia” (Algérie libre et démocratique) ou encore “20 ans, barakat !” et “Silmia, silmia” (pacifique), scandaient ces milliers de jeunes qui immortalisaient avec leurs téléphones mobiles les barrières formées par les gendarmes. Alors que les bus étaient carrément garés sur la bande d’arrêt d’urgence, les manifestants, plus que jamais déterminés, ont forcé les barrages et ont poursuivi leur chemin à pied vers le centre de la capitale.
Au barrage situé en face de la cité Les Bananiers, la circulation était plutôt fluide, mais les petites camionnettes et les motocycles étaient systématiquement fouillés. Les troupes antiémeutes ont été également déployées aux barrages dressés par la gendarmerie sur l’autoroute Est-Ouest, notamment à Khemis El-Khechna et à Hammadi. Des barrages en longueur ont été formés de telle sorte à filtrer les véhicules qui peinaient à slalomer entre les cônes.
Plusieurs bus et fourgons ont également été arrêtés sur cet axe, mais aussi sur les bretelles qui permettaient aux manifestants de bifurquer sur Oued Smar et El-Harrach. Là aussi, les manifestants ont recouru à l’autostop pour rallier Alger-Centre. Idem sur l’axe de Boufarik et celui de Baba Ali où un impressionnant dispositif de sécurité a été mis en place pour la circonstance.


FARID BELGACEM

 

ARTICLES CONNEXES


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER