Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A LA UNE / Actualité

Après les allégations du DG du port sur le terrain acquis par Cevital

Béjaïa : les autorités se démarquent et démentent

Vue générale du port de Béjaïa. ©D. R.

La Conservation foncière, l’APC de Béjaïa et un député de la wilaya ont confirmé que Cevital dispose d’un terrain à vocation industrielle et commerciale à l’extérieur du port.

Après une première tentative de justifier l’empêchement du déchargement des équipements de Cevital, le directeur général de l’entreprise portuaire de Béjaïa (EPB), Djelloul Achour, a douté, dans une seconde sortie médiatique, du livret foncier publié par la direction de Cevital attestant de sa possession d’un terrain pouvant accueillir son projet d’usine de trituration des graines oléagineuses, s’appuyant sur des informations qu’il aurait recueillies auprès des autorités locales. Hier, la Conservation foncière, l’APC de Béjaïa et un député de la wilaya, sollicités par Liberté, se sont démarqués de ces allégations et ont confirmé que Cevital dispose d’un terrain à vocation industrielle et commerciale à l’extérieur du port. Ainsi, la directrice de la Conservation foncière de la wilaya de Béjaïa, Mme Saliha Fedag, atteste avoir pris le soin de vérifier le dossier de la transaction, que “le livret foncier délivré par nos services à la SPA Cevital a été établi en bonne et due forme. La transaction foncière passée entre l’entreprise Cevital et le vendeur, M. Ghessab en l’occurrence, ne souffre d’aucune anomalie, d’autant plus que ce dernier détenait un livret foncier du fait qu’il s’agit d’un terrain cadastré.”
De son côté, le P/APC FFS de Béjaïa, M. Hocine Merzougui, dit Aziz, a tenu à nous assurer que “Cevital a bel et bien acquis un terrain dans la zone industrielle, sise à l’arrière-port de Béjaïa. Et d’ailleurs, j’ai eu l’honneur de le visiter en présence de M. Issad Rebrab, le P-DG du groupe Cevital, et quelques élus locaux”. Selon l’édile communal de la ville des Hammadites, l’assiette foncière achetée par Cevital est un terrain vague d’une superficie dépassant un hectare et qui convient parfaitement à un projet d’investissement, à l’image de celui initié par M. Rebrab. Interrogé sur les déclarations faites par le DG du port de Béjaïa, qui s’est référé à des données qu’il prétend avoir obtenues des “autorités locales (Domaines, wilaya, APC)”, M. Merzougui fait savoir qu’il s’apprêtait à répondre à M. Djelloul Achour pour lui signifier que “notre APC ne saurait cautionner une telle démarche, et que, bien au contraire, nous sommes pour la concrétisation du projet de Cevital, dans la mesure où il nous sera d’un apport considérable, que ce soit en matière de création d’emplois ou de recettes fiscales dont a besoin notre collectivité”
Même son de cloche chez l’adjoint du P/APC, M. Rachid Mansouri, élu RCD à l’APC de Béjaïa, qui dit avoir visité, lui aussi, le terrain acquis par Cevital, tout en insistant sur la nécessité de continuer à se battre aux côtés des citoyens pour exiger le déblocage du projet portant réalisation par le même groupe industriel privé d’une usine de trituration de la graine oléagineuse. “J’ai fait partie de la délégation conduite par notre président d’APC lors de sa visite du site devant accueillir la nouvelle usine de Cevital. Le terrain acquis par cette société privée a fait l’objet d’une transaction légale, puisque les services concernés ont délivré à Cevital un livret foncier en bonne et due forme. Sur les plans juridique et administratif, personne ne pourra remettre en cause ou empêcher la concrétisation du projet initié par Cevital. Mais malheureusement, ce groupe privé continue à subir des blocages aux relents politiques”, nous explique ce vice-président de l’APC de Béjaïa, chargé de l’hygiène et de l’environnement.
Notre interlocuteur témoignera, en outre, de “la disponibilité et de la volonté de M. Issad Rebrab de nous aider à nous débarrasser de cette pollution émanant des oueds pleins des eaux usées qui traversent la ville de Béjaïa. Le P-DG de Cevital s’est engagé devant le P/APC et sa délégation à prendre en charge par ses propres moyens les travaux de dallage de ces oueds polluants”.
M. Rachid Chabati, député et fédéral du FFS à Béjaïa, témoigne, lui aussi, avoir visité durant l’été 2017, le terrain acheté par Cevital pour y implanter son unité industrielle dont les équipements se trouvent toujours bloqués par le directeur général de l’EPB. “M. Rabrab nous a fait visiter, l’année dernière, l’assiette foncière qu’il a acquise auprès d’un privé, à l’arrière-port de Béjaïa. Nous, au FFS, nous avons toujours dit que nous sommes pour les investissements économiques devant créer des richesses pour peu que toutes les règles en la matière soient respectées. Si le projet de Cevital répond à toutes règles requises par la loi, je ne vois pas pourquoi on continue à le bloquer”, nous dira le premier responsable du FFS à Béjaïa.
Tout compte fait, toutes les parties que nous avons contactées, hier, sont unanimes à contredire les déclarations du directeur général de l’EPB. Après cela, celui-ci continuera-t-il encore à tenter de tromper l’opinion publique en usant de contrevérités, comme il l’a fait depuis le début de cette malheureuse affaire ?  

KAMAL OUHNIA


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER