Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Actualité

Benflis, le candidat qui veut être rassembleur

Fin de suspense. L’ancien secrétaire général du FLN, Ali Benflis, annoncera officiellement ce matin à l’hôtel Hilton à Alger sa candidature à la prochaine élection présidentielle, fixée au 17 avril prochain. Benflis, qui s’est confiné dans un silence abyssal depuis la douche écossaise subie en 2004, fera sa seconde sortie publique, après celle en hommage à Me Bentoumi, fin septembre dernier. “Il fera une déclaration devant les médias où il expliquera son projet et sa vision. Il parlera également de son silence”, affirme Lotfi Boumghar, responsable du pôle communication du candidat.
Au siège, hier, de ce que sera la permanence électorale du candidat, on s’employait encore à apporter les dernières retouches à cette sortie, mais aussi à affiner le plan pour la collecte des signatures. L’heure était à la mobilisation autour d’Abdelkader Sallat, président de campagne du candidat qui réunissait son staff. Et l’opération de collecte de signatures qui s’annonce laborieuse pour nombre de candidats, notamment les plus novices, ne semble pas constituer un grand souci pour l’ex-secrétaire général du FLN, en raison des soutiens et des relais dont il jouit au sein de la société. Il faut dire qu’Ali Benflis, même éloigné des feux de la rampe, a fait un grand travail de proximité, en sillonnant le pays.
“Le soutien dont il jouit prouve que toutes ces années ont été intenses en activité. Il a choisi une autre forme d’activité”, soutient Boumghar, comme pour signifier que le long silence observé par l’ex-candidat malheureux à l’élection de 2004 était délibéré de sa part. Même sa décision de se lancer dans la bataille n’est pas, soutient-il encore, motivée par un désir de revanche ou encore de régler des comptes. “Nous avons adopté une démarche novatrice. Il ne s’agira pas pour nous d’engager une bataille d’hostilité contre quiconque, ni nous lancer dans l’injure. Le candidat sera là pour rassembler autour de son projet”, soutient Lotfi Boumghar, accompagné du journaliste Ahmed Boubrik, coordinateur du pôle communication. Plusieurs personnalités seront présentes aujourd’hui à l’annonce de sa candidature.
Au lendemain de cette annonce, qui intervient deux jours après la convocation du corps électoral, Benflis entamera la phase deux de son “plan de bataille” qui est la “bataille médiatique”, avant d’aller à la rencontre des électeurs à travers tout le territoire national.


K K