Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

La ministre a évoqué la situation des syndicats de l’éducation

Benghabrit : “Pour déclarer une grève, il faut être représentatif”

La ministre de l’Éducation nationale, Nouria Benghabrit, qui achevait hier sa visite de deux jours à Oran, a évoqué, lors d’un point de presse, la situation des syndicats autonomes de son secteur, dont nombre d’entre eux sont considérés comme non représentatifs, récemment, par le ministère du Travail.
Sont plus particulièrement concernés par cette décision du ministre du Travail, les syndicats à l’origine, ces derniers mois, de longues grèves ayant fortement perturbé l’année scolaire en cours. Ainsi, pour la ministre, cette décision de son collègue “a été menée sur la base d’informations qui ont été produites, lequel a considéré qu’il n’y avait pas de représentativité”. Elle expliquera qu’“il y a une différence entre la représentativité donnée aux syndicats qui leur permet de négocier et la représentation qui leur permet d’activer au sein du secteur”. Passablement gênée par cette question de représentativité, la ministre s’y étendra longuement voulant y mettre des formes dans un premier temps avant d’ajouter : “La capacité des négociations doit être revisitée vu que certains syndicats ne sont pas représentatifs, mais sur le terrain ils activent. Je pense qu’à un moment donné il est bon de pouvoir dire les choses ouvertement, à savoir que pour déclarer une grève, la susciter, il faut être représentatif.” Plus loin, Mme Benghabrit, mettant en avant les syndicats ayant signé la charte d’éthique du secteur, voudra montrer qu’elle reste ouverte au dialogue, évoquant le travail constant liant son département aux dits syndicats.
La veille déjà, la ministre de l’Éducation nationale qui avait eu une rencontre avec les directeurs d’établissement scolaire et les partenaires sociaux, a justement tenu à préciser : “J’ai  travaillé avec tous les syndicats, hier, et la discussion a été extrêmement franche et sincère.” Cette concertation permettra, selon elle, à créer dans son secteur “un climat scolaire véritablement favorable à l’apprentissage”. Revenant sur les plaintes en justice de parents d’élèves, la ministre dira qu’il s’agit souvent “de plainte à caractère personnel, et j’en ai parlé pour montrer la difficulté de management et de gestion au sein des établissements scolaires”. Pour l’intervenante, le directeur d’établissement se trouve en première ligne pour créer un climat serein et effectuer un travail de médiation.
Par ailleurs, et lors de sa visite dans différents chantiers de son secteur, Mme Benghabrit constatera les difficultés de réalisation de groupes scolaires qui n’ont pas tous été réceptionnés, notamment dans les nouvelles cités comme à Es-Senia ou à El-Mouhgan.

D. Loukil


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER