Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Regroupement régional des cadres d’El-Karama

Benhamou appelle les intellectuels à investir la politique

Le regroupement des cadres et des têtes de liste de l'ouest du pays du parti El-Karama, hier, samedi, à Oran, a été l'occasion pour son président, M. Benhamou, de lancer un appel aussi bien aux autorités qu'à la classe “silencieuse des intellectuels” pour s'impliquer dans le vote lors des prochaines législatives.
Ainsi, ce dernier a estimé que le scrutin de mai revêt un caractère important et que pour cela, les candidats d'El-Karama se devaient d'inciter les citoyens à aller voter. “Nous leur disons que le président de la République a donné des instructions fermes pour que les prochaines législatives soient transparentes”, dira-t-il.
Pour autant, celui-ci reconnaît que la fraude existera toujours et, interpellant les autorités, les ministères de l'Intérieur et de la Justice, les magistrats et Derbal “doivent être garants de la voix de la population”. Insistant plus loin que cela est du ressort du ministre de la Justice et garde des Sceaux et que “le citoyen ira voter s'il a confiance en l'État”. Quant à l'abstention, le président d'El-Karama n’y voit pas seulement la conséquence de ce manque de confiance des citoyens, mais également par le fait que les intellectuels ne s’impliquent pas dans le débat. “La classe intellectuelle qui ne vote pas donne l'occasion aux opportunistes et aux mafieux d'être représentés au Parlement, c'est leur faute aussi si les ingénieurs, les médecins, les avocats, les architectes laissent la chaise vide et ne se mouillent pas dans la vie politique. Je le dis, c'est à vous de vous impliquer, c'est par la vie politique qu'on peut changer le pays.” Évaluant les forces en présence, l'orateur dira que les deux principaux partis (RND et FLN) ont un avantage du fait de leur ancienneté et qu’ils soient aidés par le système, qu'ils possèdent des ministres et se retrouvent dans l'Exécutif.
Il attend et espère que le peuple ne sera pas aveugle et demandera des comptes. Revenant sur les candidats de son parti, M. Benhamou a assuré que des critères précis sont exigés comme “l’honnêteté, le patriotisme. Nous avons des candidats hommes et femmes, d'un certain niveau, d'une certaine qualité”. Et de poursuivre sur l'image du député qui, “s'il est élu, il faut qu'il soit digne de la confiance du citoyen. Il ne faut pas qu'il soit un député mafieux ou un député qui va régler ses problèmes personnels, d'où le choix de nos têtes de liste à El-Karama”. Pour le parti, l'écueil des signatures est écarté dans 32 wilayas et une représentation importante est assurée dans l'Ouest.


D. LOUKIL

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER