Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A LA UNE / Actualité

Ouest

Bipolarisation FLN-RND

Les choses se sont décantées à l’ouest du pays et la date du 29 décembre est attendue comme une délivrance pour des élus qui ont investi les primaires partisanes de ces sénatoriales partielles. À Mascara, quatre candidats sont en course. Contrairement aux autres candidats qui ont choisi le vote secret, le FLN a opté pour le vote à main levée afin de désigner son représentant. L’opération s’est déroulée dans un climat houleux. Entre le président de l’APW et celui de l’APC de Sig, le parti a choisi le premier. Un scrutin contesté par le perdant qui l’a considéré irrégulier et anti-démocratique. De ce fait, il a introduit un recours qui n’a connu aucune suite.
De ce fait, il a décidé de se présenter en indépendant avec toutefois le risque de disperser les voix du parti. Pour les deux autres partis, le RND et le MPA, la sagesse l’a emporté puisque le président de l’APC de Alaimia sera le candidat du RND tandis que le MPA a opté pour le maire de Sidi Abdeldjebbar. La course au Sénat bat aussi son plein à Chlef où certains observateurs locaux donnent favori le P/APW, Ameur Amar, du FLN, compte tenu des 193 voix qu’il a glanées lors des primaires, d’autres n’excluent pas une probable victoire du candidat du RND qui a récolté, quant à lui, 80 voix. La course est donc serrée entre ces deux candidats.
“Le travail de coulisses, les tractations, les réunions secrètes, autant de moyens que les candidats et les militants de leurs partis utilisent, de jour comme de nuit, afin de sortir vainqueurs le jour ‘j’. Tous les moyens sont bons afin d’accaparer le siège de la deuxième chambre”, témoignent des militants de plusieurs partis politiques en lice pour ces sénatoriales. Même son de cloche à Sidi Bel-Abbès où les primaires pour les sénatoriales partielles ont permis la désignation de deux candidats, Yahia Charef du FLN et Moussa Boutkhil du RND. La lutte s’annonce rude entre les deux candidats en lice.


A. B./A. Chenaoui/A. Bousmaha


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER