Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Appels pour une transition politique

Bouteflika dit non

©Archives Liberté

Le Président a saisi l’occasion de cet anniversaire pour répliquer à ses détracteurs qui doutent de ses capacités à aller jusqu’au bout de son mandat.

Le président de la République Abdelaziz Bouteflika a définitivement fermé la porte du débat sur une éventuelle transition politique, dans son message à l’occasion de la commémoration du 63e anniversaire du 1er Novembre 1954, dans lequel il a, par ailleurs, délivré plusieurs petits messages. Et l’évocation, par le rejet, de la question de la transition souhaitée et à laquelle ont appelé des partis et certaines personnalités, renvoie immanquablement à sa volonté d’aller jusqu’au bout de son mandat. Soit 2019.
Sans préjuger comme le suggèrent les partis de l’alliance qui soutiennent son programme de sa volonté de briguer un cinquième mandat, la nouvelle Constitution l’y autorisant. Une option qui circule dans le microcosme politique algérois et que s’autorisent des responsables des partis qui le soutiennent. Une hypothèse que vient accréditer l’affirmation du Président sur la période de transition.
Et qui se veut aussi une réponse à tous ceux qui appellent à une élection présidentielle anticipée. Cela d’autant qu’il évoque en parallèle son bilan et son programme mis en œuvre par le gouvernement et qui s’étale jusqu’au printemps 2019. Pour ainsi dire, le Président a saisi l’occasion de cet anniversaire pour répliquer à ses détracteurs, notamment les partis de l’opposition et les personnalités qui doutent et continuent de douter de ses capacités à aller jusqu’au bout de son mandat. “L'ère des périodes de transition est révolue en Algérie dont les institutions politiques ont été sauvegardées au prix de dizaines de milliers de martyrs du devoir national. Le pouvoir se conquiert désormais, aux échéances prévues par la Constitution, auprès du peuple souverain qui l’attribue par la voie des urnes, à la lumière de programmes concrets qui lui seront proposés”, lit-on dans le message. Et à l’appui, son bilan dont il détaille les réalisations et les projections de son programme jusqu’à 2019.
Il faudra donc attendre 2019 pour les prétendants à la présidentielle. Une optique qui a, d’ailleurs, constitué le socle du discours du SG du FLN qui répète depuis la campagne pour les législatives de mai dernier en réponse à ceux qui appelaient à une transition ou à l’intervention de l’armée pour mettre fin au règne de Bouteflika pour, d’abord, raison de santé et, ensuite, pour son bilan jugé catastrophique. Et d’appeler précisément à la mise à l’écart du jeu politique, de l’armée. “Cette institution républicaine doit donc être tenue à l’abri des surenchères et des ambitions politiciennes”, est-il écrit. Un appel qui s’adresse d’emblée à l’ANP dont les missions constitutionnelles sont bien définies et dont elle s’acquitte convenablement ; mais avec cette arrière-pensée sur le rôle qu’elle a toujours joué dans la désignation des présidents de la République. Il se veut aussi un avertissement et une mise en garde contre toute velléité de prendre parti pour un candidat. Ou de s’immiscer dans la course à la présidentielle. Et encore plus, éviter de répondre à l’appel de ceux qui appellent à son intervention pour écourter son mandat. Une manière, vraisemblablement, pour le président de la République de signifier que l’ère des présidents cooptés est terminée. Cela pour consolider la démocratie pluraliste “convaincus que le peuple observe et prononce chaque fois ses arbitrages souverains”, est-il souligné dans le message. Et d’appeler la classe politique, enfin, à un consensus pour faire face aux défis économiques et sécuritaires du pays.
Finalement, ce message, outre qu’il défend les années de présidence de Bouteflika, et une réponse à ceux qui demandent son départ, est à plus d’un égard, un vœu, une promesse… comme en fait habituellement, le président Bouteflika, depuis 1999.

Djilali B.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
2 réactions
muhand le 02/11/2017 à 18h34

L'entêtement d'un pouvoir, son refus d''ecouter le peuple, le désir animal de ne pas aller vers une transition pacifique risque à court terme une explosion sociale qui va emporter et le pays et les responsables sourds. Bouteflika malade veut coûte que coûte mourir au pouvoir. Ceux qui on pris en otage biuteflika pour mieux se servir font courir un risque au pays d'autant plus que tous les pays rêvent que l'algerie explose. Ils nous font honte ces (...)

Brahms le 05/11/2017 à 6h38

La santé du Président n'est pas bonne. Il a une oxydation des tissus, on appelle ça une (caramélisation donnant des inflammations puis des maladies chroniques AVC, diabète, maladies auto - immunes etc). Il devrait faire une détoxification de son corps avec des produits naturels : - Nettoyage du foie, de la vésicule biliaire pour éliminer les toxines du foie avec du Desmodium car tous ces symptômes viennent du foie (encrassement). La santé c'est la première richesse.

Commentaires
2 réactions