Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Bernard Bajolet au “figaro”

“Bouteflika est maintenu en vie artificiellement”

Bernard Bajolet, ancien ambassadeur de France à Alger. © D.R.

Le propos de l’ancien SG de la DGSE rompt brutalement avec les déclarations prudentes des officiels français sur l’état de santé du président Bouteflika.

Tout le monde sait qu’il y a rarement une concordance entre ce que pensent et ce que disent les responsables français sur l’Algérie et sur ses relations avec la France. L’ancien ambassadeur de France à Alger, Bernard Bajolet, vient de le confirmer en portant un jugement intransigeant sur le pouvoir algérien. Dans un entretien au journal français Le Figaro, publié jeudi dernier, l’ancien diplomate estime que les rapports algéro-francais restent crispés. Il évoque “une évolution de petits pas” qui s’explique par deux raisons. La première tient, selon lui, à “un problème de génération”. “La nomenclature algérienne, issue ou héritière de la guerre d’Algérie, a toujours besoin de se légitimer en exploitant les sentiments à l’égard de l’ancienne puissance coloniale”, souligne l’ex-ambassadeur, avant d’évoquer une seconde raison “plus conjoncturelle” et liée à la santé du chef de l’État algérien. “Le président Bouteflika, avec tout le respect que j’éprouve pour lui, est maintenu en vie artificiellement. Et rien ne changera dans cette période de transition”, affirme Bajolet, estimant que l’Algérie doit s’engager comme la France avec plus de transparence dans le règlement du conflit mémoriel. “Si ouverture il y a, il faudra aussi qu’elle soit réciproque avec, entre autres choses, l’ouverture des archives du FLN”, fait encore savoir l’ex-ambassadeur. Ce n’est pas la première fois d’ailleurs qu’il exprime ses réserves sur l’Algérie. Peu après son départ d’Alger où il est resté deux ans, un câble diplomatique américain, rendu public par Wikileaks, a fait part d’une discussion qu’il avait eue avec son homologue américain en Algérie, à propos de la situation politique, sécuritaire, économique et sociale dans le pays. Bajolet y avait dressé un constat sombre. Il avait évoqué pêle-mêle l’immobilisme politique, les restrictions aux libertés collectives, la corruption, le mauvais climat des affaires et le ras le bol de la population…). L’ex-diplomate avait également fait part de l’inquiétude de la France concernant l’Algérie. Des préoccupations de même nature ont été exprimées par une mission d’enquête parlementaire française en 2017, présidée par les députés Guy Tessier et Jean Glavany. Un rapport avait évoqué l’état de santé de Bouteflika et mis en exergue l’hostilité des autorités à l’égard de la France. Mais, officiellement, le gouvernement français s’abstient de faire ce genre de commentaires. S’exprimant précisément sur l’état de santé du Président algérien, le ministre des Affaires étrangères, Jean Yves Le Drian, a affirmé, en  décembre dernier, “qu’intellectuellement, il est parfaitement en forme”. Évoquant le voyage qu’avait fait Emmanuel Macron à ce moment-là, en Algérie, le locataire du Quai d’Orsay avait indiqué que les deux présidents ont échangé longuement et de manière approfondie. Une nouvelle visite du chef de l’État français est d’ailleurs envisagée avant la fin de cette année. Selon l’agence de presse APS, Bouteflika a appelé son homologue français au téléphone, la semaine dernière, pour parler de coopération. Rappelons que Bajolet a occupé le poste d’ambassadeur à Alger entre 2006 et 2008. Il a été nommé directeur général de la sécurité extérieure (DGSE) en 2013 et est resté en fonction jusqu’à son départ à la retraite en 2017. Il vient de publier un livre, Le soleil ne se lève plus à l’Est, où il raconte ses missions de diplomate mais aussi d’espion.  


S. L.-K.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER