Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

LA POLICE ESPAGNOLE A USÉ DE REPRESSION CONTRE LES INDÉPENDANTISTES

Catalogne : un référendum dans le chaos

Un policier anti-émeute espagnol saisissant une urne, hier, en Catalogne. © D.R.

Madrid a utilisé hier les gros moyens, en faisant intervenir la police, pour empêcher le déroulement du référendum d’indépendance de la Catalogne. Au moins 465 personnes ont été blessées, selon la Generalitat.

Fermeture des collèges électoraux (centres de vote), saisies des urnes, destruction des bulletins de vote et des dizaines de manifestants blessés par des balles en caoutchouc lors des heurts provoqués par l’intervention des forces anti-émeutes dans plusieurs endroits de la région. C’est dans ce climat de violences que s’est déroulé hier le référendum d’indépendance de la Catalogne.
La Garde civile et la Police nationale ont usé de gaz lacrymogènes pour déloger les organisateurs et les électeurs qui occupent les centres de vote depuis vendredi, comme l’ont montré les photos et les vidéos circulant sur les réseaux sociaux et les médias espagnols. Des hélicoptères ont sillonné le ciel de la Catalogne toute la journée, où les sirènes de la police n’ont pas cessé de sonner, selon les agences de presse. “Ce que la police fait, c'est un véritable scandale, une sauvagerie”, a dénoncé le porte-parole du gouvernement régional de Catalogne, Jordi Turull, qui a demandé à ses concitoyens d’être patients face à ce chaos imposé par Madrid.
Dans un point de presse organisé en milieu d’après-midi, le ministre des Affaires étrangères, des Relations institutionnelles et de la Transparence de la Generalitat de Catalogne, Raül Romeva, a dénoncé le recours à la violence de la police nationale espagnole, a rapporté le quotidien madrilène El Mundo. Raül Romeva a annoncé aussi que son gouvernement compte “dénoncer l'État espagnol au Parlement et à la Commission européenne pour violation des droits fondamentaux” des Catalans, affirmant que les événements d’hier sont “une question qui affecte les valeurs et l'identité de l'Union européenne”, a rapporté encore El Mundo. Pour contourner l’interdiction de la Cour constitutionnelle et la répression policière, les responsables de la Generalitat ont autorisé les électeurs à se prononcer dans n’importe quel centre de vote, sans enveloppe et en utilisant des bulletins imprimés chez eux.
Habité par 150 âmes, le village d’Anoia, dans la région de Montmaneu (88 km au nord-ouest de Barcelone), a pu organiser le scrutin dans un endroit privé, a rapporté le quotidien catalan El Periodico. “Environ 40 agents de la Garde civile sont intervenus à Montmaneu (Anoia). Le vote ne sera pas empêché car il se faisait dans un lieu privé”, a rapporté ce journal. En l’absence d’un réseau internet et des moyens de communications, bloqués par décision de justice, les votes ont été consignés dans un document, a rapporté El Pais. Dans une réaction sur twitter, le Premier ministre belge Charles Michel a estimé que “la violence ne peut jamais être la réponse ! Nous condamnons toutes les formes de violence et réaffirmer notre appel au dialogue politique”.
Au milieu de ce chaos, le match opposant le club catalan FC Barcelone à Las Palmas (îles Canaries), dans le cadre du championnat espagnol (La Liga) s’est déroulé à huis clos, après avoir failli être reporté. Le club catalan avait décidé de ce huis clos pour protester contre la répression subie par les électeurs et les organisateurs du scrutin. “Nous sommes préoccupés et très peinés par ce qui est en train de se passer et c'est pour cela que nous avons décidé, au lieu d'annuler le match — ce que nous voulions tous —, de le jouer de manière exceptionnelle, c'est-à-dire sans public et à huis clos”, a déclaré Bartomeu au micro de beIN Sports Espagne. “Nous apportons notre soutien à tous ceux qui subissent ces entraves à la liberté d'expression”, a-t-il ajouté. Pour rappel, 712 des 948 communes catalanes ont accepté de participer au scrutin.


Lyès Menacer

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER