Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Exportations hors hydrocarbures

Ce qui handicape la performance des PME

Siège du Centre de recherches en économie appliquée pour le développement. © D.R.

Le président de l'Association nationale des conseillers à l'export souligne l’absence de stratégie de développement des exportations.   

Le secteur bancaire ne joue pas son rôle d’accompagnateur pour les PME exportatrices. Les différents dispositifs, notamment l’Agence nationale de promotion du commerce extérieur (Algex), le Fonds spécial pour la promotion des exportations (Fspe) et la Compagnie algérienne d'assurances de garantie des exportations (Cagex), “n’ont aucun effet sur la performance à l’export des PME”. C’est ce que relève Mohamed Kadi, chercheur au Cread, qui a présenté, hier, les résultats du projet de recherche intitulé “la problématique de l’internationalisation des entreprises algériennes : les facteurs influençant la performance des PME exportatrices”, lancé en novembre 2015 au Centre de recherches en économie appliquée (Cread), dans la division Firmes et Économie industrielle. En l’absence d’une politique de promotion des exportations, “les PME s’orientent vers les ressources internes et les caractéristiques du dirigeant pour réussir”, souligne Mohamed Kadi, qui constate, également, “la multiplication et la polarisation des dispositifs de promotion des exportations qui sont souvent inadaptés aux spécificités sectorielles et territoriales”. Par ailleurs, le chercheur estime nécessaire “la refonte des modes de financement bancaire en intégrant les spécificités des PME”. La taille de l’entreprise constitue un déterminant non négligeable dans le processus d’exportation. Mohamed Kadi observe, aussi, une nette distinction entre les marchés européens, arabes et africains où les relations commerciales sont relativement stables du fait du rapprochement géographique, culturel et les accords avec l’Union européenne, la grande zone de libre-échange arabe et l’Union du Maghreb arabe. Les PME qui exportent vers les marchés de l’Amérique latine, l’Asie et l’Australie, sont celles qui ont une taille relativement grande (50 à 249 employés). Contrairement à la littérature, près de 60% des dirigeants des PME exportatrices enquêtées ont plus de 45 ans. Ces dirigeants ont tous exercé des responsabilités dans les activités en relation avec la gestion et la commercialisation des biens et services. Intervenant lors de la rencontre, le président de l'Association nationale des conseillers à l'export, Smaïl Lalmas, relève que les exportations hors hydrocarbures ne représentent que 3% des exportations globales de l’Algérie, depuis plusieurs années. Smaïl Lalmas estime que le problème se situe en amont, en l’absence de stratégie de développement des exportations. Pour lui, le problème des exportations hors hydrocarbures est plutôt stratégique. Le président d’Algérie conseil export estime que la stratégie algérienne de développement des exportations doit s’appuyer sur 4 axes qu’il juge importants. Il a évoqué la nécessité d’un plan sectoriel pour le recensement et le développement de l’offre exportable. “C’est un grand chantier. Ce n’est pas une commission au ministère du Commerce qui pourrait développer cette stratégie. C’est une action du gouvernement”, a-t-il expliqué. Le deuxième axe porte sur la consolidation de la position des exportations algériennes sur les marchés traditionnels et la prospection de nouveaux marchés à fort potentiel avec un accompagnement juridique et diplomatique. Le troisième devrait mettre l’accent sur une politique du transport et de la logistique qui répondrait aux besoins des exportateurs. Le coût de la logistique en Algérie est un des plus élevés au monde. Le quatrième axe concerne l’accompagnement et la promotion des exportations. Il a laissé entendre qu’Algex n’est pas outillée, en faisant le parallèle avec Business France qui emploie 4 500 conseillers à l’expert. Aziz Nafa, maître de recherche au Cread, a insisté, dans sa présentation, sur le rôle de la diaspora dans le développement des exportations.


Meziane Rabhi

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER