Scroll To Top

A la une / Actualité

BÉJAÏA

Ces dissidents de partis qui ont réussi le test des législatives

Dissidents de partis politiques et sans réelles assises populaires, ils ont réussi à décrocher des sièges d’élus à la faveur des dernières législatives à Béjaïa. Il s’agit des trois candidats, Brahim Benadji, ex-RCD, Khaled Tazaghart, ex-FFS, qui rempile sous les couleurs du Front El-Moustakbal et Zina Ikhlef, ex-RND, qui siège désormais sous les couleurs du Rassemblement pour la République.
Pour un pari contre leur ancienne formation, ils l’ont réussi.
En effet, à Tinebdar où il est à la tête de l’APC, Braham Benadji qui a conduit une liste indépendante (Initiative citoyenne) a bien réussi son premier test pour les législatives. En dépit d’une course engagée face aux têtes de liste du RCD, issues de la même localité, le dissident du même parti a récolté quelque 4 402 voix. Un score qui n’est pas des moindres pour un candidat sans couleur partisane si on le compare à son ancien parti qui, lui, n’a pu convaincre que 7 072 électeurs à travers la wilaya. La forte abstention a desservi les partis et la participation quelque peu prononcée à Tinebdar (32,42%) ont été pour quelque chose dans son passage. Même chose pour l’ancien cadre du FFS, Khaled Tazaghart qui rempile pour un second mandat à l’APN. Après une dissidence tonitruante de son ancien parti, le FFS, l’enfant de Tazmalt ne s’est pas endormi sur ses lauriers. Après une parenthèse avec le forum socialiste, il rejoint les rangs du Front El-Moustakbal de Abdelaziz Belaïd. Après un premier mandat à l’APN décroché en 2012, il rempile pour un second avec sa formation politique. Khaled Tazaghart, qui a croisé le fer à Tazmalt avec Smaïl Mira, a réussi ainsi à tirer son épingle du jeu.
Avec 4 965 voix en sa faveur, il a réussi non seulement à surpasser son rival qui s’est présenté sous les couleurs du MPA mais aussi à se frayer une place dans l’hémicycle. Il faut dire que son mandat à l’APN, son passé militant au sein de son ancienne formation, le FFS, à qui, il a réussi à “voler” des voix, ainsi que l’abstention qui a pénalisé les formations structurées, lui ont été d’un grand apport.  
Autre dissidente d’un parti, Zina Ikhlef, qui va siéger désormais à l’APN sous les couleurs du RPR (Rassemblement pour la République), a également gagné la bataille des législatives en dépit d’un duel engagé avec son ancienne formation le RND. Seule femme tête de liste dans les 18 listes à Béjaïa, elle a réussi son passage en dépit d’une timide campagne électorale, grâce à un score appréciable à Taourirt Ighil où elle a obtenu 1 258 voix.
La députée du RPR pour la circonscription de Béjaïa, a profité pour ainsi dire de la crise qui a secoué son ancien parti au niveau local lors de la confection de la liste pour les législatives.


H. Kabir


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER