Scroll To Top

A la une / Actualité

#LibertéVENDREDI

Ces films interdits pour des raisons insolites

Photo : D.R

Certains films se sont vus être interdits d’être diffusé dans les salles de cinéma, dans le monde. Que ce soit pour des raisons culturelles, religieuses, politiques, ou idéologique, certains pays en font un usage excessif de la censure.

En voici une liste d’une série de films qui ont été désapprouvés dans les quatre coins du monde, pour des raisons plus ou moins insolites.

« Les sentiers de la gloire » (1957) de Stanley Kubrick, s’est vu être censuré en France, jusqu’en 1987, car il aurait été jugé d’être « attentatoire à la dignité de l’armée française ».

 

En 2014, le studio Sony Pictures avait annulé la sortie de son film "The Interview", pour avoir été menacé par des hackers. Cédant aux pressions, le film réalisé par Seth Rogen devait sortir en décembre de la même année. Il a par la suite été diffusé sur différentes plateformes de streaming et dans quelques cinémas indépendants aux Etats-Unis.

La Corée du Nord a d’ailleurs été pointée du doigt, car le long métrage mettait en scène, « un projet de tuer Kim Jung-un » dans une comédie fictive.

Le film « 2012 », de Roland Emmerich aurait été interdit en Corée du Nord, rapporte les médias, pour la simple raison que l’année 2012 coïncidait avec le 100e anniversaire du fondateur de la nation. Cette date a été également désignée « année pour ouvrir les portes du Grand pour devenir une superpuissance ». Le film aurait alors été interdit car il a été jugé trop négatif pour un jour qui avait beaucoup de sens pour les nord-coréens.

 

 « Retour Vers le Futur » de Robert Zemeckis a été interdit d’être abordé dans les médias chinois, en 2011. Cette mesure a été prise par le Sarft (l’autorité de contrôle des médias, NDLR), notifiant l’« interdiction des voyages dans le temps ». D’ailleurs, «les producteurs et les scénaristes traitent de sujets sérieux de manière frivole. Cela ne devrait pas être encouragé», a indiqué les responsables de projections des films en Chine.

 

Le film « Le Message » (Arrisala), de Moustapha Akkad est interdit en Arabie Saoudite, pour avoir représenté « Hamza », l’oncle du prophète Mohamed (que la paix et la miséricorde  soient sur lui), interprété par Abdallah Ghayth. Le film a été réalisé au Maroc, puis en Libye, remportant ainsi un franc succès. A l’époque, le roi Hassan II avait reçu des pressions de la part des saoudiens, qui refusaient de financer le film, et c’est pourquoi el Kadhafi s’est proposé d’accueillir l’équipe du tournage.

Plusieurs scènes de série télévisée d'animation américaine, « Les Simpson » ont été interdites en 2011 par la chaîne allemande Pro7. La raison ? Une plaisanterie sur le nucléaire. C’était à la même période de la catastrophe de Fukushima  au Japon, a plus grave dans le monde depuis celle de Tchernobyl en 1986.

 

« Blue Jasmine » (2013), de Woody Allen s’est vu être contraint de ne pas projeter son film en Inde, car il contenait beaucoup de scène de « cigarettes ». En effet, le gouvernement indien a adopté une vaste compagne contre le tabac, qui exige la diffusion de messages préve­nant des dangers de ce dernier.

Selon The Holly­wood Repor­ter, le réalisateur américain est catégorique quant à l’ajout des modifications que subissent les films. Son agent a d’ailleurs indiqué  qu’il « n'est pas à l'aise avec les réqui­si­tions du diffu­seur lorsque le film montre des scènes où les person­nages fument. Il estime que lorsque l'inscrip­tion va surgir, l'atten­tion du spec­ta­teur va se porter dessus plutôt que sur la scène ».

 

 

Les films et les séries d’animation "Pokémon" sont interdits à l’antenne en Turquie, depuis 2001, par l'autorité turque de contrôle de la radio et de la télévision (RTÜK).

Selon « IRIS », Observations juridiques de l'Observatoire européen de l'audiovisuel, « cette décision a été motivée par le fait que ces films contiennent des scènes de violence susceptibles d'être néfastes pour les enfants ». Avant d’ajout que « cette interdiction intervient après le saut d'un enfant turc de quatre ans du haut du septième étage d'un immeuble, qui s'est soldé par une fracture de la jambe. Le garçonnet a expliqué son geste en déclarant qu'il voulait voler comme Pokémon ».


Imène AMOKRANE

@ImeneAmokrane

ARTICLES CONNEXES


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER