Scroll To Top
FLASH
  • L'Algérie a enregistré 306 nouveaux cas de Covid-19 durant les dernières 24 heures, portant le nombre des cas confirmés à 57332
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

l’arav répond à ouyahia à propos de l’audiovisuel

“C’est le gouvernement qui a manqué à ses obligations”


Alors que le paysage audiovisuel est au cœur d’une tempête sans précédent, à la suite du traitement qu’il a été amené à faire des récentes marches contre un 5e mandat de Bouteflika, l’Arav, l’instance en charge de la régulation de ce secteur, vient de répliquer avec virulence aux accusations de défaillance qui ont été formulées récemment à son égard par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia.
Pour le moins surprenante, au vu du climat politique qui règne actuellement, la réaction de l’Autorité de régulation de l’audiovisuel s’apparente presque à un désaveu au rôle du gouvernement dans la gestion de ce secteur, livré qu’il est à une totale anarchie.
Ainsi, dans un communiqué parvenu hier à notre rédaction, l’Arav interpelle nommément le Premier ministre pour lui signifier que les défaillances dont elle est accusée ne sont imputables qu’aux décisions politiques du gouvernement.
Faisant référence aux critiques d’impuissance “à exercer réellement son mandat”, formulées à son égard dans la version écrite de la déclaration de politique générale du gouvernement, l’Arav rétorque d’emblée qu’elle ne peut, effectivement, fonctionner normalement que “si les pouvoirs publics concernés satisfont à leurs obligations en matière de mise en ordre du paysage audiovisuel”. Dans son communiqué, signé par son président Zouaoui Benhamadi, l’instance de régulation de l’audiovisuel rappelle dans le même sens que “la loi stipule que ce sont ces pouvoirs publics et eux seuls, qui ont l’autorité pour lancer les appels à candidatures, en précisant le nombre de chaînes dont le pays souhaite se doter”.
Or, déplore-t-elle, “à ce jour, aucun appel à candidatures n’a été lancé”, alors que la mission qui échoit à l’Autorité de régulation est de “prendre en charge l’opération de mise en conformité et de validation des documents présentés”, ce qu’elle ne peut accomplir “qu’une fois la compétition lancée”.
De plus, est-il précisé dans le communiqué, “malgré l’annonce faite en septembre 2017 par le Premier ministre devant l’APN, l’Arav n’a toujours pas été dotée des moyens nécessaires à son fonctionnement”, la question de son statut et de son budget demeurant ainsi encore “en suspens”.
Cet état de fait, fait-elle encore comprendre, ne conforte pas la démarche du législateur, qui tendait à l’origine à faire de l’Arav une institution “indépendante”, en lui assurant un poids et “une autonomie de décision”. Tout en rejetant ainsi sur les pouvoirs publics la responsabilité de sa défaillance et de son non-fonctionnement, l’Autorité de régulation de l’audiovisuel affirme, en définitive, “se réjouir de l’alerte contenue dans la déclaration du Premier ministre”, qui sonne, selon elle, comme une “autocritique partagée”. Ces critiques, estime-t-elle, répondent “à une volonté de prendre en charge en toute légalité la mise à niveau du paysage audiovisuel national et son intégration dans la cadre réglementaire et législatif en vigueur”.


Akli Rezouali

ARTICLES CONNEXES

  • Celya Benyahia étudiante en architecture et membre du Club «Nomad» à Liberté
    «Nous allons continuer à occuper les campus»

    Pour mettre un terme au mouvement de protestation contre le 5e mandat dans les universités, le ministère de l'enseignement supérieur a décrété des vacances avant l’heure.

  • De Béjaïa à Médéa, en passant par Tizi Ouzou, Boumerdès et Bouira
    Les étudiants invitent le système à “dégager”

    Le rejet du cinquième mandat pour Bouteflika et du système est porté massivement par la communauté estudiantine. Il était loisible de le vérifier, hier, dans les villes universitaires de toute la région de Béjaïa à Médéa.

  • Rassemblements et marches dans toutes les villes universitaires de la région
    Une mobilisation sans précédent à l’Est

    Par milliers, les étudiants des trois universités de la wilaya de Constantine ont envahi hier les esplanades des campus pour dire non à un 5e mandat pour le président Bouteflika.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER