Scroll To Top
FLASH
  • L'Algérie a enregistré 219 nouveaux cas de coronavirus (Covid-19) et 5 décès durant les dernières 24 heures
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Hommage à Katia Bengana

Cette blessure infectée et qui ne veut pas se refermer

Katia Bengana assassinée le 28 février 1994. © D.R

Je me souviens comme si c’était hier de cette journée fatidique du 28 février 1994, qui a vu notre chère Katia, lycéenne âgée de 17 ans, assassinée pour avoir refusé de porter le voile contre sa volonté. En hommage à cette date du 28/02/1994-28/02/2020, ma pensée va aussi bien à toutes les victimes civiles de l’intégrisme religieux et à toutes les autres corporations confondues, à savoir les intellectuels, les forces de sécurité et les autres, sans oublier bien sûr notre armée qui a été d’un très grand secours à toutes ces victimes civiles qui se sont opposées à ces monstres qui voulaient faire de notre pays un État théocratique, à l’image de tout ce qui nous entoure aujourd’hui, avec l’instrumentalisation de la parole divine. L’armée a été le rempart contre l’hydre intégriste ; elle mérite notre respect. Elle a défendu cette population courageuse qui s’est opposée les mains nues à ce complot concocté de longue date.

Sachant que l’intégrisme a failli être éradiqué, si ce n’est ce poignard planté dans le dos de tous les démocrates épris de justice, de liberté et d’un État de droit, digne des grandes nations à travers le monde. Mais hélas, aujourd’hui, nous constatons que si le terrorisme est vaincu, en revanche, l’intégrisme est resté intact et redouble même de férocité à travers le laxisme et le parti pris de ceux qui sont censés nous protéger et nous rendre justice. 

Notre blessure est toujours vivace et douloureuse par rapport à cette réconciliation de la honte qui a vu cette flagrante impunité à travers cette amnistie accordée à ces bourreaux de plus de 200 000 (deux cent mille) victimes civiles et autres corporations confondues. Cette blessure qui saigne et infectée a été refermée sans être désinfectée, pour faire plaisir à ce projet de société obscurantiste qu’ils veulent nous imposer par la force. Il y a eu déjà un précédent avec l’élimination d’Abane Ramdane en 1957, à cause de son projet de société progressiste, démocrate, de liberté d’expression et d’État de droit et de justice sociale. 

Aussi, je rends un très grand hommage à toutes les victimes de l’intégrisme religieux pour leur courage. Elles ont donné leur vie pour sauver le pays d’un désastre certain et bien sûr avec l’apport de l’armée, des services de sécurité et de toutes les autres corporations confondues. Un très grand hommage à tous ceux qui ont soutenu le combat de notre chère Katia, pour son courage qu’elle a payé de sa vie pour la libération de la femme algérienne, en particulier, et pour toutes les femmes du monde entier en général.

 

 

 

M. Bengana, père de Katia âgée de 17 ans, lycéenne assassinée à Meftah le 28/02/1994.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER