Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Le RND a voté à Tizi Ouzou une motion de soutien à Bouteflika

Chihab : “Impossible de trouver un autre président de consensus”

Seddik Chihab, porte-parole du RND. ©Archives Liberté

Le troisième argument avancé est visiblement destiné à ceux qui mettent en avant l’état de santé de Bouteflika pour appuyer leur opposition au cinquième mandat pour lequel les thuriféraires du pouvoir se mobilisent de plus en plus.

Intervenant à l’occasion d’un conseil de wilaya élargi du RND, tenu hier au Musée du moudjahid de Tizi Ouzou, avec comme ordre du jour le vote d’une motion de soutien à un 5e mandat de Bouteflika, le député et porte-parole du RND, Seddik Chihab, n’a fait que tenter, une fois de plus, de justifier pourquoi son parti a décidé de soutenir un nouveau mandat pour le chef de l’État au moment où d’aucuns estiment que le prolongement de son règne ne fera qu’accentuer la crise actuelle. “Nos appels répétés au président de la République à poursuivre ses missions à la tête de l'État sont une nécessité politique qui résulte de notre profonde conviction qu'il est l'homme qu'il faut pour le parachèvement du processus de réhabilitation des institutions de l'État et la construction démocratique, ainsi que le développement du pays”, a mis en avant, d’emblée, Seddik Chihab, ajoutant, en guise de second argument, l’impossibilité de trouver un autre président de consensus autre que Bouteflika. “Ce n'est pas du jour au lendemain qu'on construit une démocratie et ce n'est pas du jour au lendemain qu'on peut élire un président qui peut faire l’objet d’un consensus national”, a-t-il avancé sans expliquer, comme d’habitude, entre quelles parties un président algérien doit-il faire consensus. Le troisième argument avancé par l’orateur est visiblement destiné à ceux qui mettent en avant l’état de santé de Bouteflika pour appuyer leur opposition à ce cinquième mandat pour lequel les thuriféraires du pouvoir se mobilisent de plus en plus. “Beaucoup de gens nous font le reproche d’avoir soutenu un Président amoindri, mais nous le savons bien et nous le voyons bien, mais lorsqu’il s’agit des impératifs et des choix politiques, tous ces petits détails sont dépassés. Lorsque le président de la République  a eu le courage de sortir devant le peuple sur une chaise roulante, il a assumé sa maladie avec dignité et courage. Alors, ce n’est plus un prétexte valable pour nous face à ce qui nous attend comme défi”, a-t-il argumenté tout en soulignant que “ce soutien est un choix bien réfléchi, délibéré, dans l’intérêt de l’État, de l’Algérie et de sa stabilité”.
À ce titre, le porte-parole du RND ajoute que la présence de Bouteflika à la tête de l’État “permet de continuer tout ce que nous avons réalisé et de consolider nos acquis”. “Aujourd’hui, même l’opposition ne nous fait pas beaucoup de reproches sur le développement. Ils nous font certains reproches sur la mauvaise gestion, la corruption, et il faut le dire, c’est un fléau qui gangrène les institutions, qui met en danger la cohésion sociale et qui prend parfois des proportions exagérées dans certains secteurs”, a-t-il tenté de justifier encore, avant d’aborder la brûlante affaire des lycéens de Kabylie qui boycottent les cours d’arabe pour réclamer la généralisation du caractère obligatoire de tamazight sur tout le territoire national.
Sur ce point, Seddik Chihab a qualifié cette réaction d’“inacceptable” alors qu’il a passé sous silence les multiples provocations qui ont conduit à une telle réaction.  

Samir LESLOUS

ARTICLES CONNEXES

  • Talaie El-Houriat à propos de la crise à l’APN
    “L’enjeu reste le contrôle du pouvoir après 2019”

    Cette crise, estime le parti présidé par Ali Benflis, “a montré la faiblesse du régime à gérer ses contradictions et à transcender ses clivages”, du fait “du vide politique au sommet de l’État”.

  • Mohamed Douibi, SG du mouvement Ennahda, à Sidi Bel-Abbès
    “L’illégitimité de l’APN s’est accentuée”

    Le secrétaire général du mouvement Ennahda, Mohamed Douibi, a dénoncé, hier à Sidi Bel- Abbès, la destitution du président de l’APN par la majorité parlementaire.

  • Ramdane Taâzibt, porte-parole du PT, à Annaba
    “La solution à la crise existe et elle est politique”

    “La campagne pour une Assemblée nationale constituante comme véritable sortie de crise se poursuit partout dans le pays”, a insisté, hier, à Annaba, Ramdane Youcef Taâzibt, à l’ouverture de la réunion de coordination du Parti des travailleurs.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER