Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Elles concerneront également les algériens

De nouvelles facilités pour les étudiants étrangers en France

©D. R.

Bonne nouvelle pour les étudiants algériens nouvellement inscrits pour des études en France. Comme tous leurs homologues étrangers, ils vont bénéficier d’une nouvelle réglementation qui va les soulager financièrement. Campus France, établissement en charge de l’accueil des étudiants internationaux, vient d’annoncer deux mesures.
La première porte sur la suppression de la cotisation (de 217 euros) d’affiliation à la Sécurité sociale. En matière de logement, le gouvernement français a décidé d’étendre le dispositif Visale aux étudiants étrangers. Cette solution de garantie locative gratuite va permettre aux Algériens comme aux autres étudiants des autres nationalités de trouver plus facilement un toit. Concrètement, l’État se porte garant auprès des bailleurs pour toute la durée du bail et pour des loyers allant jusqu’à 1 300 euros en province et 1 500 euros en Île de France. La caution locative gratuite est valable pour la location d’un appartement chez le privé ou d’une chambre dans une résidence universitaire.
Pendant longtemps, l’accès au logement pour les étudiants étrangers a constitué un véritable problème. Les Algériens étaient particulièrement touchés. Leur droit de séjourner en résidence universitaire ou chez le privé était très limité à cause de l’accord de 1968 sur la circulation des personnes entre l’Algérie et la France. Cet accord restreint leur accès à l’emploi, même à temps partiel. Ce qui les empêchait de louer un logement, faute de garanties financières. Beaucoup ont été contraints, de ce fait, de recourir au système D, la colocation, la sous-location, l’hébergement en foyer ou dans des hôtels. Les plus chanceux pouvaient compter sur l’hospitalité des proches et des amis.  Outre le logement et le travail, un autre problème se présentait aux étudiants algériens, celui de l’imbroglio administratif qui entrave leur intégration en France et perturbe le cours de leur scolarité.
La difficulté est commune à tous les autres étudiants étrangers. Pour faciliter l’accueil dans les universités, Campus France a mis en place des services spécifiques. Les nouveaux étudiants devront néanmoins s’acquitter d’une contribution de 90 euros pour bénéficier de leurs prestations. Cette contribution est obligatoire. Elle doit être versée au moment de l’inscription définitive dans les établissements d’enseignement supérieur français. Selon Campus France, 40 000 étudiants algériens font annuellement des demandes pour étudier dans l’Hexagone. L’ambassadeur de France à Alger, Xavier Driencourt, a affirmé, il y a quelques mois, que 9 300 visas étudiants ont été accordés en 2017, soit une augmentation de 64% par rapport à 2015.

De Paris : SAMIA LOKMANE-KHELIL


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER