Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

UNIVERSITÉ D’ÉTÉ DU RAJ À TICHY

Débat sur les politiques de l’emploi et leurs limites

L’association Rassemblement-Actions-Jeunesse (RAJ) organise, à partir d’aujourd’hui, et ce, jusqu’au 1er septembre, son université d’été. Le thème de cette nouvelle édition est : “La jeunesse et la politique de l’emploi”. La rencontre se déroulera au camp d'été MAM-Tours à Tichy, dans la wilaya de Béjaïa. L’université d’été du RAJ, conçue comme espace de débats, d’échanges et de réflexion, sera marquée par la participation de plusieurs acteurs associatifs, syndicaux et politiques ainsi que d’experts et spécialistes en la matière. Les organisateurs comptent se pencher, essentiellement, lors des conférences qui seront animées par des économistes, des chercheurs et des syndicalistes, sur les politiques économiques et la problématique de l’emploi en Algérie “qui demeure la préoccupation majeure, notamment chez les jeunes”. Les différentes politiques économiques, suivies par les gouvernements successifs, ont, tout le temps, souffert, affirme-t-on, de l’absence de visibilité et d’efficacité, mais aussi “du manque de vision et de planification à moyen et à long terme, en raison de la nature rentière de l’économie” ; ce qui empêche, explique le RAJ, “l’émergence et le développement de secteurs économiques générateurs de richesses et pourvoyeurs d’emplois”. En outre, relève l’organisation, l’instabilité politique, marquée par des crises successives depuis l’indépendance à ce jour, “ont fortement influencé les politiques économiques, ce qui a impacté le marché de l’emploi et son attractivité”. Et d’ajouter que les multiples dispositifs, mis en place dans le cadre de l’Ansej, de la Cnac..., censés stimuler le marché de l’emploi et contribuer à la résorption du chômage, qui touche particulièrement les jeunes, ont montré leurs limites et leurs failles. Comment ? Faute d’accompagnement, de suivi et d’évaluation. L’économiste, Mourad Ouchichi, animera une conférence sur “les mécanismes de création de l’emploi et leurs limites”, son collègue de l’université de Béjaïa,
M. Hachemaoui, traitera du “passage de l’université au monde du travail”. Mme Iamarène-Djerbal, sociologue, Mme Salhi, militante pour les droits des femmes, et Ammar Belhimer, professeur de droit, traiteront des “facteurs de l’accès des femmes à l’emploi et contraintes institutionnelles” et du “harcèlement au travail dans la loi et la jurisprudence en Algérie”. Ce sont là autant de thèmes autour desquels s’articulera cette université d’été dont les travaux seront dédiés cette année à Aïssat Idir, l’un des fondateurs de l’UGTA historique, et, à travers lui, à tous les syndicalistes qui luttent pour la dignité des travailleurs. 

M. OUYOUGOUTE


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER