Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Mouvement de protestation à Boumerdès

Débrayage dans plusieurs institutions publiques

© D. R.

Les employés de plusieurs administrations publiques à Boumerdès ont observé une grève hier. Après la manifestation de vendredi à laquelle les citoyens ont participé massivement, c’est au tour, en ce début de semaine, des fonctionnaires de joindre leur voix, à celle qui appelle au départ du système. Les annexes de l’Agence nationale de l’emploi (Anem), la direction de la Cnac, la Direction de la jeunesse et des sport (DJS), l’entreprise nationale de fabrication de produits parapharmaceutique et d’hygiène corporelle Socoothyd, les APC de Bordj Menaïel et de Naciria, sont autant d’établissements publics qui ont été touchés par ce mouvement de grève. “Nous n’avons pas de revendications propres à nous, mais nous inscrivons notre action dans la continuité du mouvement de contestation national qui revendique le départ des 4 B, à savoir Belaïz, Bensalah, Bouchareb et Bedoui”, nous a confié un fonctionnaire de l’Anem de Thenia. De leur côté les fonctionnaires de l’Anem de l’OPGI, de la DJS et de la Cnac ont organisé une marche au chef-lieu de la wilaya. Les marcheurs ont observé plusieurs haltes, d’abord devant le siège de la wilaya, puis ceux de l’UGTA, de la mouhafada du FLN et enfin devant la cour de justice. Durant cette action les protestataires ont brandi des pancartes et scandé des slogans en faveur du changement du système. “On s’est donné rendez-vous pour demain, lundi, (aujourd’hui, ndlr) pour organiser une autre marche, nous comptons maintenir cette grève durant trois jours”, nous a indiqué un autre gréviste de l’Anem, qui nous a, également, fait part des mesures disciplinaires de leurs responsables hiérarchiques, contre certains de ses collègues qui ont participé à la grève. À noter que des personnes malveillantes profitent de la faiblesse des institutions de l’État en cette période périlleuse, pour accaparer des biens publics et enfreindre les lois. Ainsi plusieurs logements sociaux, non encore distribués, ont été squattés dans les communes de Naciria et de Corso. De leur côté, des commerçant informels commencent à occuper les trottoirs à Bordj Menaïel. Après des années d’absence durant lesquelles les membres du service d’ordre ont éradiqué cette pratique, ces commerçants se sont réappropriés, depuis une semaine, la chaussée, en face du siège de la daïra de Bordj Menaïel.
 

N. OUHIB


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER