Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Après Kamel Bouchama, Hadda Hazem Démissionne

Défections en cascade chez Karim Younès

Hadda Hazem a fini par jeter l’éponge. © Louiza Ammi/Liberté.

“Pour des raisons personnelles. Ça pesait lourd sur mes filles, s’est contentée de dire la directrice d’El-Fadjr, en précisant qu’elle a démissionné mercredi 21 août 2019.

Le panel pour le dialogue et la médiation dirigé par l’ancien président de l’APN, Karim Younès,  vient d’essuyer une autre défection après le retrait fracassant de l’ancien ministre de la Jeunesse et des Sports, Kamel Bouchama. Cette fois-ci, c’est la directrice du quotidien arabophone El-Fadjr, la très médiatique Hadda Hazem, qui vient de quitter le navire brinquebalant du panel. Les raisons ayant motivé sa décision ?

“Pour des raisons personnelles. Çà pesait lourd sur mes filles”, s’est contentée de dire la directrice d’El-Fadjr, en précisant qu’elle a démissionné mercredi 21 août 2019, mais deux membres du panel, Ammar Belhimer et Slimane Benaïssa, l’ont dissuadée de le faire, avant d’aller voir jeudi 23 août le coordinateur du panel, Karim Younès, pour lui présenter sa démission mais “verbalement”, a-t-elle précisé.

Il faut dire que depuis qu’elle a rejoint l’équipe dirigée par Karim Younès, la directrice d’El-Fadjr a essuyé beaucoup de critiques, notamment sur les réseaux sociaux. Cette campagne est-elle pour quelque chose dans la démission de Hadda Hazem du panel ? “Non pas du tout”, a-t-elle répondu, avant d’ajouter : “Je suis persuadée que le dialogue est la seule issue. J’ai appelé au dialogue début mars dernier. Et je reste convaincue que c’est la seule solution.”  

Le premier à quitter le panel a été l’économiste Smaïl Lalmas, au lendemain du rejet par le chef d’état-major de l’ANP, Ahmed Gaïd Salah, des préalables posés par l’équipe drivée par Karim Younès pour entamer sa mission. Avant-lui, des acteurs connus sur la scène comme le sociologue Nacer Djabi, le militant des droits de l’Homme et vice-président de la Laddh ou encore le syndicaliste Lyès Merabet ont, toutefois, refusé de siéger dans la commission du dialogue. 

De grandes personnalités telles que Djamila Bouhired, Ahmed Taleb Ibrahimi, Mouloud Hamrouche, Me Bouchachi, ont été contactées  pour renforcer les rangs du panel, mais ont vite décliné l’offre. Ce qui n’a pas empêché l’instance dirigée par Karim Younès d’enregistrer, début août 2019, l’arrivée de six nouveaux membres, dont  l’avocate Fatma Zohra Benbraham, le président du Conseil national de l’ordre des médecins, Mohamed Bekkat Berkani, ou encore les deux journalistes Ammar Belhimer et Hadda Hazem, avant que celle-ci ne rende son tablier. 
 

Arab Chih

 

 

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER