Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Front El-Moustakbel

Démission collective à Béjaïa

©D. R.

Le député du Front El-Moustakbel (Front de l’avenir) de la wilaya de Béjaïa, Khaled Tazaghart, vient d’annoncer, sur sa page officielle facebook, sa démission du parti qu’il avait rejoint en juillet 2015 avec beaucoup d’autres dissidents du Front des forces socialistes (FFS), dont un groupe d’anciens militants de 1963. Selon ce parlementaire, il s’agit en fait d’une “démission collective”, puisque tous les élus, les membres du conseil national et les congressistes de la wilaya de Béjaïa, ainsi que les délégués des daïras ont également claqué la porte du parti d’Abdelaziz Belaïd, a-t-il affirmé. M. Tazaghart et ses camarades démissionnaires, dont on ignore le nombre pour le moment, justifient leur départ définitif du Front El-Moustakbel par le fait que celui-ci ne veut pas introduire tamazight dans les documents officiels et la dénomination du parti, faisant, ainsi, fi de la loi fondamentale du pays qui, pourtant, consacre à tamazight le statut de langue nationale et officielle. Khaled Tazaghart aura finalement décidé de divorcer d’avec son parti, en signe de protestation et de dénonciation de la direction nationale de la formation d’Abdelaziz Belaïd qui, selon ses dires, a osé “falsifier” les résolutions du 2e congrès du parti, tenu le début du mois d’octobre dernier. Le député accuse ouvertement la direction nationale de son parti d’avoir “falsifié” les statuts issus du dernier congrès de manière à “faire tomber la dénomination du parti en tamazight”.
Pourtant, explique-t-il, cette question, qui avait suscité colère et indignation au sein de la délégation de congressistes de la wilaya de Béjaïa, avait été tranchée de manière définitive, puisque le 2e congrès du Front El-Moustakbel a fini par adopter, à l’unanimité, cette appellation en tamazight du parti. Ce qui a étonné, voire choqué, Khaled Tazaghart et ses camarades de Kabylie, c’est de découvrir, au lendemain du 2e congrès, que les nouveaux statuts du parti sont amputés de cette fameuse disposition liée à la dénomination de ce dernier en langue amazighe. La désillusion de M. Tazaghart sera plus grande lors de la rencontre nationale des coordinateurs de wilaya, qui s’est tenue à Alger le 27 octobre passé, lorsque son intervention au sujet de la “falsification” des textes régissant le fonctionnement du parti n’a suscité aucun intérêt parmi l’assistance. “Le vendredi 27 octobre, j’ai demandé la parole et dénoncé la falsification des résolutions du 2e congrès concernant l’appellation du parti en tamazight et le respect du caractère officiel de tamazight. Le document des statuts du parti porte le sceau de la falsification que j’ai montré à tous les coordinateurs de wilaya présents dans la sallet, ainsi qu’au président du parti et aux membres du bureau national. Malheureusementt personne, je dis bien personne, n’a bougé le petit doigt pour dénoncer cette grave dérive”, déplore-t-il.

Kamel Ouhnia


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER