Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

33e vendredi de mobilisation à Mostaganem

Des centaines de citoyens dans la rue

© D. R.

La mobilisation populaire s’est poursuivie, hier, à Mostaganem pour demander le départ des symboles du régime politique. Les Mostaganémois ont manifesté au centre-ville de Mostaganem et dans d’autres communes de la wilaya. Des centaines de citoyens, dont des enfants et des personnes âgées, y ont participé. Les mêmes slogans ont été scandés, tels que le refus de participer à une élection organisée par les symboles de l’ancien système. 

“Le gouvernement doit partir. C’est un gage de transparence de la présidentielle”, dira un manifestant, qui affirme n’avoir raté aucune marche. Les manifestants ont également appelé à la libération de toutes les personnes arrêtées dans le cadre du hirak populaire. D’autres slogans comme “Maranach habssine”, “Djeïch, chaâb khawa khawa”, “La Tebboune La Benflis, chaâb houa raïs”, ont été scandés.

La chaleur et l’humidité persistante n’ont pas découragé les manifestants, qui ont battu le pavé pour réclamer une “nouvelle Algérie”. “C’est pour mes enfants que je marche. Notre pays doit se développer et prendre son essor. Un énorme retard a été enregistré à cause de personnes indignes…”, soutient un autre marcheur, d’un âge certain. Après la marche, des groupes de jeunes
se sont formés pour débattre, comme dans des agoras publiques, du mouvement populaire et de ses perspectives. 
 

E. Yacine


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER