Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Actualité

Des groupes compétitifs seront dans les secteurs porteurs

Une réflexion sera engagée sur la restructuration du secteur bancaire public avec la perspective de définition d’une politique à l’international.

L’amélioration du climat des affaires ainsi que l’environnement de l’entreprise comptent parmi les priorités du gouvernement. L’investissement national et le partenariat public-privé et étranger, source de création d’emplois durables et de richesses, seront encouragés et facilités.
À ce titre, le gouvernement annonce que la loi relative à la promotion de l’investissement sera amendée à l’effet, entre autres, de consacrer la liberté d’investissement et de facilitation pour la création d’entreprises, moduler les avantages aux projets d’investissement en fonction des priorités de la politique économique de l’État.
Le plan d’action du gouvernement prévoit la transformation de l’Agence nationale de développement de l'investissement (Andi) en pôle spécialisé pour orienter les investissements potentiels vers des projets porteurs, les accompagner dans leur réalisation et leur fournir des conseils en matière d’organisation et de gestion. Le document du gouvernement ne fait pas référence à la révision de la règle
51/49 régissant l’investissement étranger.
Concernant le foncier industriel, le plan d’action n’apporte rien de nouveau. “Le gouvernement veillera à faciliter l’accès au foncier industriel par la poursuite de la réalisation de nouvelles zones industrielles, le développement et la création des zones d’activité, la réhabilitation des sites économiques, ainsi que la mobilisation des actifs excédentaires et résiduels des entreprises publiques.” Même si la vision économique du gouvernement n’apparaît pas clairement dans le plan d’action, la relance du secteur industriel, notamment public, semble occuper une place importante.
Le document évoque le recours à des partenariats avec des leaders mondiaux maîtrisant les technologies et ayant des compétences avérées dans les domaines du management et du marketing. Il prévoit la reconfiguration et le redéploiement stratégique du secteur public industriel par la mise en place de groupes industriels performants et compétitifs dans les secteurs porteurs. Le gouvernement veut promouvoir la création de PME dans les activités de transformation substitutives aux importations.
Il compte accorder la priorité et le soutien nécessaires aux activités de valorisation des ressources naturelles favorisant l’intégration et la remontée des filières, en utilisant les avantages comparatifs en matière d’énergie et ressources naturelles. Le document cite, dans ce cadre, les activités de production de ciment, de phosphates, des engrais, la sidérurgie et la construction métallique. Le gouvernement a conscience que l’objectif de la diversification de l’économie ne peut s’opérer sans “un système bancaire et financier moderne et efficace”.
Dans ce cadre, le gouvernement indique qu’une réflexion sera engagée sur la restructuration du secteur bancaire public avec la perspective de définition d’une politique à l’international.


M R