Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Autoroute Est-ouest et routes nationales bloquées

Des milliers d’automobilistes pris au piège

© D.R.

Des milliers d’automobilistes ayant emprunté l’autoroute Est-Ouest, ainsi que la RN5 en direction de la capitale, hier, ont été littéralement pris au piège des embouteillages liés au renforcement du dispositif sécuritaire pour cause de protestation des retraités et invalides de l’Armée nationale populaire (ANP) à Alger. Conséquence de ces embouteillages qui s’étiraient de la bretelle autoroutière d’El-Yachir relevant de la wilaya de Bordj Bou-Arréridj, jusqu’à l’entrée Est de la capitale, soit plus de 150 kilomètres, des  malaises parmi les automobilistes ont été enregistrés, notamment des personnes âgées, parturientes et enfants en bas âge. Et comme pour ne rien arranger à la situation, les RN 5, 26 et 12 ont été également bloquées par les membres du service d’ordre. 

Des cas de déshydratation aiguë, ainsi que des évanouissements inhérents aux températures caniculaires enregistrées, hier, ont été admis à l’hôpital de Lakhdaria, a-t-on appris de sources hospitalières. En effet, l'autoroute Est-Ouest au niveau de la commune de Lakhdaria a fait l'objet d'une attention accrue de la part des gendarmes, où des checkpoints sont mis en place tout au long du tronçon Bouira-Lakhdaria et Lakhdaria-Dar El-Beïda. Même la RN5 à partir de la commune d’Ahnif (est de Bouira) jusqu’à Amal, relevant de la wilaya de Boumerdès, était quadrillée de bout en bout par les services de sécurité. Un passager venant de la commune de Chorfa (est de Bouira) a témoigné à Liberté avoir mis plus de 3 heures pour faire le trajet Chorfa-Bouira. “D’habitude, je fais le même trajet en 45 minutes. Aujourd’hui, il m’a fallu 3 heures 20 minutes pour arriver à mon lieu de travail. C’est un véritable cauchemar !” De la localité de Zeboudja, en passant par la commune d'Aomar et en arrivant vers les gorges de l'ex-Palestro, à la frontière avec la wilaya de Boumerdès, des barrages filtrants ont été dressés pour refouler les contestataires.  D’autres routes nationales telles que la RN12 reliant Tizi Ouzou à Alger et la RN5 ont été fermées. L’est de la capitale, à l’image de Rouiba ou d'Aïn Taya, a été également fermé par les forces de l’ordre. Certains automobilistes contactés par Liberté ont indiqué avoir mis plus de trois heures pour arriver sur leur lieu travail. Ceux qui ont pu échapper à l'entonnoir sécuritaire dressé à l'entrée d'Alger et aux Bananiers ont vite été rattrapés à la porte de la capitale. Hier à Bouira, toutes les sorties et les entrées de la ville étaient littéralement quadrillées par les membres du service d’ordre. Dans la commune de Lakhdaria et plus précisément à l’entrée nord de la ville, les services de sécurité étaient sur le qui-vive dès les premières lueurs du jour. La police a tissé une véritable toile sécuritaire en milieu urbain, tandis que les gendarmes s’affairaient à quadriller le périmètre extra-muros. Les anciens militaires, qui étaient toujours résolus à marcher vers la capitale, ont passé la nuit à la station d’essence située à l’entrée nord de Lakhdaria. Cette station est devenue, par la force des choses, le point de ralliement des marcheurs. Ces derniers ne comprenaient pas qu’un tel dispositif soit mis en place, uniquement pour les empêcher de gagner la capitale. “C’est démesuré ! Nous ne faisons que réclamer nos droits, nous ne sommes pas des envahisseurs, nous sommes les enfants de ce pays et nous l’avons servi fidèlement”, dira un ancien militaire originaire de Béjaïa. 
 

RAMDANE BOURAHLA


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER