Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Affaire des 28 milliards alloués à la prise en charge de la catastrophe naturelle de 2012

Des villageois d’Illiltène saisissent la justice

L’enveloppe budgétaire allouée par l’État à la gestion du glissement de terrain, suivi d’une gigantesque coulée de boue, en 2012, dans la commune d’Illiltène, relevant la daïra d’Iferhounène à Tizi Ouzou, vient de faire l’objet d’un dépôt de plainte, a-t-on appris de sources locales.  En effet, en date du 29 juin 2019, un groupe de villageois d’Illiltène a adressé une requête au procureur de la République près le tribunal d’Aïn El-Hammam, lui demandant d’ouvrir une enquête quant aux 28 milliards de centimes débloqués par l’État à l’effet de prendre en charge les conséquences de cette catastrophe naturelle.

“La plainte a été reçue normalement par la justice”, affirment les plaignants tout en précisant que “l’enquête a été confiée à la Gendarmerie nationale territorialement compétente”.  Dans leur requête adressée à la justice, ces villageois, que nous avons pu contacter hier, “demandent à la justice d’enquêter sur la gestion de cette importante enveloppe destinée à la prise en charge du glissement de terrain d’Illiltène, dont l’indemnisation des familles sinistrées”. Pour nos interlocuteurs, “depuis cette catastrophe, nos habitations sont davantage fragilisées à cause de la mauvaise qualité des gabionnages réalisés à l’époque.

Nous estimons encore que les travaux effectués ont été tout simplement bâclés”. Et d’ajouter : “Pire, aucune indemnité n’a été reçue, à ce jour, par les familles sinistrées et le programme de logements en cours de réalisation au chef-lieu communal, après cette catastrophe, est à l’arrêt pour des raisons que nous ignorons.” Un constat amer, affirment ces villageois, qui “nous interpelle, en tant que citoyens. C’est pourquoi, nous avons demandé à la justice d’ouvrir une enquête sur la gestion financière de ce glissement, dont l’enveloppe était destinée à atténuer la détresse des habitants”. 

Pour rappel, en 2012, la commune d’Illiltène, qui est l’une des localités montagneuses les plus déshéritées de la wilaya, avait connu un gigantesque glissement de terrain, suivi d’une coulée de boue. Ce qui avait nécessité la réalisation de gabionnages tout le long de l’oued qui traverse la commune, ainsi que de deux ponts emportés par la crue, dans les deux villages Aït Aïssa Ouyahia et Azrou. Cet amas de terre, de pierres et de troncs d’arbres qui dévalait de la montagne surplombant la commune, avait également contraint certains habitants à quitter précipitamment leurs maisons, de peur d’être emportés par la coulée. 
 

K. Tighilt 

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER