Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Le chef de l’état a défini trois phases

Dialogue : comment Tebboune compte procéder

Le président de la République Abdelmadjid Tebboune. © APS.

“Le président de la République écoutera tout le monde. à l’issue des consultations, il prendra les décisions  qui s’imposent”, a indiqué notre source au Palais d’El-Mouradia. 

Sitôt le chantier de la révision constitutionnelle lancé, le président de la République a entrepris des consultations politiques. Selon une source au Palais d’El-Mouradia qui a requis l’anonymat, le dialogue sera scindé en trois phases : le chef de l’État consultera dans une première étape les personnalités nationales, dans une seconde les partis politiques et enfin, il rencontrera les associations et les syndicats.

Notre source a précisé que le dialogue sera sans exclusive, avant de nuancer que les petits partis, c’est-à-dire ceux se réduisant à des sigles, n’y seront pas conviés. “Les consultations concernent tout le monde. Après avoir rencontré des personnalités nationales, le président de la République s’entretiendra avec les chefs des partis politiques actifs sur la scène”, affirme notre source, qui ajoute que “tous les partis importants, y compris ceux de l’opposition, seront conviés”.

Cette nuance faite, notre source ajoute que “tout le monde sera reçu, sauf ceux qui ne voudront pas venir. C’est le président de la République en personne qui recevra ces personnalités. Les concertations s’étendront aux associations et aux syndicats”.

Interrogée sur le contenu des discussions, notre source assure que cela portera “sur tout”, à commencer par “la révision de la Constitution” et “la situation générale du pays”. “Le président de la République écoutera tout le monde. Il donnera, bien sûr, sa vision de la situation. à l’issue des consultations, il prendra les décisions qui s’imposent”, ajoute-t-on. Pour l’instant, l’idée d’une conférence nationale ne semble pas être à l’ordre du jour. 

Le président de la République a déjà reçu au siège de la Présidence deux personnalités : l’ancien chef de gouvernement Ahmed Benbitour et l’ex-ministre de la Communication Abdelaziz Rahabi. D’autres personnalités sont dans l’agenda du chef de l’État. Des personnalités dont notre source n’a pas dévoilé l’identité.

Dans le communiqué qui a suivi l’audience accordée à Abdelaziz Rahabi, la présidence de la République a précisé que le président de la République a “expliqué les démarches politiques en cours et à venir pour instaurer la confiance devant renforcer la communication et le dialogue dans l'objectif de construire un front interne solide et cohérent permettant la mobilisation des énergies et des compétences nationales, et de rattraper le temps perdu en vue d'édifier un État d'institutions qui consacre la démocratie et évite au pays toute dérive autocratique, un État dans lequel les citoyens jouiront de la sécurité, de la stabilité et des libertés” 

Si elle est partagée sur la réponse à donner à l’offre des autorités, l’opposition politique, notamment celle qui active au sein du PAD, restera unanime sur l’exigence de préalables avant d’entamer un quelconque dialogue. 
 

Ali Boukhlef

 

 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER