Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Discours optimiste de l’ambassadeur de France à l’occasion du 14 juillet

Driencourt : “Faire de notre histoire partagée une force”

Le 14 Juillet, à l’occasion de la Fête nationale de son pays, l’ambassadeur de France à Alger, Xavier Driencourt, a fait un discours de circonstance, dans lequel il a suggéré subtilement qu’il serait plus profitable aux deux nations de cesser de fonder les relations bilatérales sur les relents du passé commun.
À ce titre, il a d’emblée rappelé une déclaration du président Emmanuel Macron, lors de sa visite d’État en Algérie en décembre 2017. “Le président de la République avait confié : ne pas être otage du passé. Sa génération et celles qui suivent, en France, sont légitimes pour s’estimer libérées. C’est même, peut-être, leur devoir historique. Car s’il n’est jamais question d’oublier notre passé commun, à la fois passionnel et tumultueux, l’heure est peut-être venue de faire de notre histoire partagée une force.” Pour le diplomate, il convient de fructifier les aspects positifs de ce qu’il qualifie de “relation exceptionnelle”. Occultant complètement la colonisation et ses réminiscences, il évoque des épisodes de l’histoire commune, moins conflictuels, tels que la capture de Charles Quint par Barberousse en 1518 et les 14 régiments de tirailleurs et de zouaves algériens qui ont combattu aux côtés de la France durant la Seconde Guerre mondiale. Xavier Driencourt fait fatalement référence à Zinédine Zidane, “idole commune à l’Algérie et à la France et le symbole que nos deux pays peuvent encore rêver ensemble et produire des destins qui rassemblent”. À partir de là, il remet les liens entre les deux pays dans le sillage économique, avec “en ligne de mire l’installation d’une usine Peugeot près d’Oran, mais également des projets culturels et sportifs, comme l’idée de recréer une épreuve du Paris-Dakar”.
Le message du représentant diplomatique de la France en Algérie est clair. Il plaide pour le confinement du passé dans ses tréfonds et pour mettre le viseur exclusivement sur l’avenir. “Rassembler, voilà donc notre tâche, rassembler toujours”, conclut-il.


R. N.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER