Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

TAMAZIGHT

El-Hachemi Assad veut une révision de la loi d’orientation

El-Hachemi Assad, président du HCA. © APS

Le président du Haut-Commissariat à l’amazighité (HCA), El-Hachemi Assad, n’a pas été tendre avec le ministère de l’Éducation nationale, hier samedi, alors qu’il était en visite officielle à Oran, pour la cérémonie d’ouverture de l’année scolaire de l’enseignement de tamazight pour adultes. Lors d’une rencontre et d’un point de presse, donnés à cette occasion, au sein du quotidien El Djoumhouria, M. Assad a évoqué la situation de tamazight dans les écoles, mentionnant l’existence d’une commission mixte entre le HCA et le ministère de l’éducation nationale afin de poser les nombreux problèmes entourant l’enseignement de tamazight et trouver les solutions idoines. “Le principal problème qui se pose est le choix de tamazight comme matière facultative, et tant qu’elle aura ce statut au sein de l’éducation nationale, il ne peut y avoir un développement de la langue, et c’est pour cela, à mon sens, qu’il faut revoir la loi d’orientation de l’éducation nationale qui date de 2008.” Se gardant de parler de volonté politique sur cette question, le président du HCA laissera l’assistance conclure d’elle-même. Dans la foulée, il reconnaît à cette même loi de bons points. “Dans l’ensemble, il y a un contenu qui a pris en charge la problématique de la pluralité linguistique, mais sur certains aspects, elle n’est pas conforme à la nouvelle Constitution de 2016, comme l’article 34 qui précise que pour tamazight, il faut une demande sociale qui est une notion piège.”
Autre point d’achoppement, le coefficient attribué à tamazight dans l’éducation nationale qui participe d’autant au peu d’engouement et d’intérêt pour son apprentissage dans les écoles. Toujours par rapport au ministère de l’Éducation nationale auquel il est reproché, au passage, le peu d’avancée dans l’application du protocole d’accord de 2015 ou au sein de la commission mixte, le président du HCA a encore formulé le souhait de voir tamazight dispensée dans le préscolaire. Pourtant, auparavant, El-Hachemi Assad avait, en préambule, estimé que les missions dévolues au HCA avaient réussi s’agissant de l’introduction de tamazight dans les écoles et dans la communication.
Quant à la réhabilitation de tamazight comme langue nationale, c’est un processus et un engagement qui se mesurent par la présence de l’institution à tous les niveaux, indiquera-t-il. Une présence et des actions qu’il donnera en exemple, comme la célébration du centenaire de Mouloud Mameri, avec une multitude d’activités et autres colloques, l’émission d’un timbre dédié à l’écrivain, courant décembre, ou encore d’autres projets dans le domaine de la formation d’enseignants, des formations à la carte pour d’autres institutions, la création d’un glossaire des frontons des institutions de l’État en tamazight.
Mais, semble-t-il, c’est avec le ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication que le travail de collaboration avec le HCA est le plus efficace, disant que de nombreux projets étaient menés de concert.


D. LOUKIL

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER