Scroll To Top

A la une / Actualité

#LiberteVENDREDI

Émissions de gaz à effets de serre : L'humanité vit à crédit

Photo : D.R

Le Global Footprint Network, un institut de recherches international basé à Oakland (Californie) a déclaré le mercredi 2 août 2017 « jour du dépassement de la Terre ». Selon cette institution,  nous avons rejeté dans l'atmosphère la quantité maximale de gaz à effet de serre que la planète peut absorber, ce qui veut dire que la Terre vit à crédit, jusqu’au 31 décembre. « Nous utilisons plus de ressources et de services écologiques que la nature ne peut en générer par la surpêche, la surexploitation des forêts et l'émission de plus de dioxyde de carbone dans l'atmosphère, que les forêts ne peuvent assimiler », est-il expliqué dans le site de Global Footprint.

D’ailleurs, l’Algérie est elle aussi concernée par ces émissions de gazes à effet de serre, puisque la consommation nationale en énergie électrique a enregistré dimanche 30 juillet, un pic, a indiqué la « Sonelgaz » dans un communiqué. Ce record a atteint « 13.881 Mw, soit une hausse de 8,1% par rapport au pic de l'année 2016 qui avait atteint le 1er août une puissance de 12.839 Mw», précise le communiqué. Cette forte consommation électrique est liée à la hausse des températures, et l’utilisation des climatiseurs.

Par conséquent, la climatisation est très énergivore ce qui fait d’elle une source d'émission de Gaz à effet de serre, notamment de C02. Selon le cinquième rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), « le recours accru à la climatisation pour maintenir le confort thermique dans les bâtiments ou l’utilisation de systèmes de dessalement pour renforcer la sécurité des ressources hydriques peuvent accroître la demande en énergie et, par ricochet, les émissions de GES ». D’après une estimation de ce même groupe d’experts, le recours à la climatisation pourrait être multiplié par 30 d’ici à la fin du siècle, ce qui accroitrait le risque du réchauffement climatique.

Quant à la NASA (administration nationale de l'aéronautique et de l'espace), elle prédit l’augmentation de la température de 2 à 6 °C au siècle prochain. « Lorsque le réchauffement climatique s'est produit à différents moments au cours des deux millions d'années, il a fallu environ 5 000 ans à la planète pour réchauffer 5 degrés. Le taux de réchauffement prévu pour le siècle prochain est au moins 20 fois plus rapide. Ce taux de changement est extrêmement inhabituel ».

La température à la surface de la Terre. Une vidéo réalisée par l'observatoire de la terre de la NASA

Imène AMOKRANE

@ImeneAmokrane

ARTICLES CONNEXES


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER