Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Le ministre des transports a annoncé sa mise en service en juin 2016

Encore un retard dans la ligne ferroviaire Thénia-Oued Aïssi

© D. R.

Le voyageur sera appelé à prendre son mal en patience avant de pouvoir prendre le train électrifié tant, selon l’exposé présenté devant le ministre, le délai de l’achèvement de l’électrification de cette ligne n’est prévu que pour… décembre 2016.

Lancé en mai 2010 pour un délai de réalisation de 28 mois, le projet de modernisation et d’électrification de la voie ferrée Thénia-Oued Aïssi connaîtra encore un nouveau retard dans sa livraison. C’est ce qui ressort de la visite, hier, du ministre des Transports, Boudjema Talaï, dans la wilaya de Tizi Ouzou.
Selon le ministre, ce projet structurant confié à un groupement d’entreprises sera opérationnel en juin 2016. Selon les précisions fournies à la même occasion, ce projet de 64 kilomètres de ligne ferroviaire est déjà mis en service dans sa partie Thénia-Bordj Ménaïel depuis avril 2015. Mais desservi par un train diesel, a-t-on omis de préciser au ministre. Le reste du projet ne sera opérationnel qu’en février 2016 dans sa partie Bordj Ménaïel-Draâ Ben Khedda et entre juin et juillet 2016 dans son dernier tronçon vers Oued Aïssi. Même à cette échéance, le voyageur sera encore appelé à prendre son mal en patience avant de pouvoir prendre le train électrifié tant, selon l’exposé présenté devant le ministre, le délai de l’achèvement de l’électrification de cette ligne n’est prévu que pour décembre 2016.
À sa livraison, ce projet aura cumulé un retard de quatre ans. Lors de ses échanges avec les responsables locaux et ceux des entreprises en charge de la réalisation de ce projet, le ministre n’a pas fait la moindre allusion au retard.
Il s’est dit, toutefois, écœuré d’apprendre que des oppositions continuent d’entraver son achèvement. “Je ne comprends pas comment des gens continuent à s’opposer à un projet aussi névralgique et salvateur pour le développement économique de la région, et dont le taux de réalisation a atteint 80 ou 85% ! Il faut appliquer la loi dans toute sa rigueur. On ne peut plus différer sa mise en service”, a ordonné Boudjema Talaï aux responsables locaux, tout en leur rappelant qu’une fois opérationnel, ce train électrifié d’une vitesse de 160 km/h facilitera le déplacement vers la capitale et inversement de 3 à 4 millions de voyageurs/an et 500 000 tonnes de marchandises/an. La visite du ministre a été également une occasion pour les responsables de l’Anesrif d’annoncer le lancement de l’étude, de 16 mois, pour la réalisation de l’extension de cette même ligne jusqu’à Tamda et Azazga, et d’évoquer l’avancement de celle concernant la nouvelle ligne qui reliera Draâ El-Mizan à Dellys.
M. Talaï a inspecté également le projet du téléphérique Bouhinoun Redjaouna, qui accuse un long retard dû aux oppositions.


S.L.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER