Scroll To Top
FLASH
  • L'Algérie a enregistré 219 nouveaux cas de coronavirus (Covid-19) et 5 décès durant les dernières 24 heures
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Une lettre de protestation et de revendications sera remise au Premier ministre

Enseignants du primaire : marche nationale demain à Alger


La Coordination nationale des enseignants du primaire (non agréée) a lancé un appel à une marche de protestation vers le Palais du gouvernement à Alger, demain lundi, qui coïncidera avec une grève nationale des établissements scolaires. 

Dans son appel, cette organisation a invité les enseignants des trois cycles d’enseignement, les parents d’élèves, le personnel de l’éducation et “tous les jaloux de l’école algérienne” à se joindre à une marche, en direction du Palais du gouvernement où une lettre de protestation et de revendications sera remise au Premier ministre. 

Le coup d’envoi de cette marche sera donné à 10h depuis la place des Martyrs, précise la même source qui explique que l’appel à la marche intervient après que le ministère de l’Éducation a fermé les portes du dialogue aux enseignants du primaire et ignoré leurs revendications. Après deux semaines marquées par une grève de trois jours, les enseignants du primaire ont, en effet, décidé de revenir à une grève cyclique d’un jour par semaine. Ils revendiquent notamment la revalorisation salariale, l’unification des catégories, la révision des programmes et des méthodes, ainsi que celle du volume horaire. 

En annonçant le boycott des activités non pédagogiques, ils ont aussi tenu à dénoncer les pressions exercées sur les enseignants grévistes par l’administration. La Coordination a également condamné le harcèlement dont sont victimes des coordinateurs de wilayas, dont l’enseignant de Bordj Bou-Arréridj, puis celui d’Alger-Ouest (Chéraga), Bachir Kiouas, qui a fait l’objet d’une enquête des services de sécurité après une plainte déposée contre lui, mais aussi des enseignantes grévistes qui avaient été interdites d’accès à leur lieu de travail. 

 

 


A. R.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER