Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Préoccupation des Partenaires de Sonatrach relative à LA loi sur les hydrocarbures

Guitouni : “Il n’y aura pas d’incidences”

Le ministre de l’Énergie, Mustapha Guitouni, qui a animé un point de presse, lundi, à Oran, en marge des 11es Journées scientifiques de Sonatrach (JST), a affirmé que les préoccupations des partenaires étrangers de Sonatrach ne vont pas influer sur la révision annoncée de la loi sur les hydrocarbures. “Les préoccupations ont été exprimées et des questions nous ont été posées par des opérateurs, nous les avons entendus, mais cela n’aura pas d’incidences sur la loi”, a souligné le ministre qui avait déjà indiqué, dans son discours inaugural de ces JST, que la “révision de la loi sur les hydrocarbures permettra de renforcer le choix stratégique de partenariat et de lever les pesanteurs qui entravent son épanouissement dans le sens souhaité”.
Le ministre reviendra d’ailleurs longuement sur les changements inévitables qui vont apporter de nouvelles perspectives, mais aussi de la concurrence. “Aujourd’hui, ce ne sont pas les sociétés qui courent vers les pays, mais l’inverse”, dira-t-il, d’où son leitmotiv quant à “l’amélioration des conditions d’investissement  qui permettront l’adoption de mesures plus incitatives pour les activités de production et de l’amélioration de l’environnement général pour les activités pétrolières”. M. Guitouni a assuré que les perspectives sont ouvertes pour le gaz de schiste y compris l’offshore. S’agissant de la stratégie de développement de la compagnie nationale à l’orée 2030, le ministre dira que Sonatrach est obligée de changer. “Sonatrach est obligée de changer. Elle subit une révolution dans sa stratégie. Les choses bougent dans le domaine pétrolier et on ne peut rester des caciques et des classiques”, a-t-il dit, précisant qu’“avec tout ce qui se passe, Sonatrach est obligée d’aller vers le numérique et tout ce qui est nouveau”.
S’agissant des contrats gaziers, à la lumière des modifications du marché du fait de l’apparition de nouveaux acteurs, M. Guitouni a affirmé que le groupe pétrolier national  “saura tenir ses engagements. Il y a des clients traditionnels, des contrats sont là et d’autres vont venir”.

D. L.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER