Scroll To Top
FLASH
  • L'Algérie a enregistré 153 nouveaux cas, 104 guérisons et 3 décès durant les dernières 24 heures
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Les vacances universitaires de printemps dès demain

Hadjar veut-il affaiblir la contestation citoyenne ?

Tahar Hadjar, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. © D.R.

Une telle décision ne peut trouver de justification pédagogique. Il est clair, en revanche, qu’elle poursuit un objectif politique inavoué et met à nu, peut-être, un agenda peu rassurant du pouvoir.    

Les vacances universitaires de printemps au titre de l'année universitaire 2018-2019 sont fixées du dimanche 10 mars au 4 avril 2019, selon un arrêté du ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche dcientifique rendu public hier, contre toute attente.
Selon cet arrêté ministériel, les vacances universitaires d'été sont, quant à elles, fixées du jeudi 11 juillet au 2 septembre. Les dispositions du présent arrêté, n°220 du 9 mars 2019, “ne sont pas applicables aux personnels administratifs, techniques et de services”, précise la même source.
Alors qu’elles étaient fixées initialement au 21 mars, les vacances de printemps ont donc été avancées de 10 jours, par une décision surprise du département de Tahar Hadjar, dont même les plus proches conseillers n’étaient pas au courant au moment où on les a appelés hier. Encore moins les étudiants et les enseignants, premiers surpris par cette décision à application immédiate. Ce qui risque de susciter de fortes réactions au sein de la communauté universitaire, déjà en pleine contestation liée au refus du 5e mandat. Alors qu’aucune raison n’a été donnée pour justifier ce changement inopiné du calendrier des vacances, d’aucuns parmi les enseignants et syndicalistes ont estimé que cette décision est destinée à affaiblir la mobilisation des étudiants et de la communauté universitaire. Appelé par nos soins, pour donner son opinion à ce sujet, le chargé de communication du Cnes, Noui Djemai, a qualifié la décision du MESRS de “décision irréfléchie”, en arguant que “le semestre n’a pas encore été ficelé, et que les examens de rattrapage n’ont pas encore eu lieu. Ils nous donnent des vacances alors qu’il y a des soutenances en retard, des doctorants qui attendent les soutenances de thèse”. Ajouté à cela le cas des étudiants du sud du pays qui risquent d’en pâtir encore plus à cause du retard et du climat, cette décision donne le sentiment que “nous allons boucler l’année universitaire d’une manière expéditive”.
Une lecture politique s’impose d’après les dires du représentant du syndicat des enseignants du supérieur. “Il s’agit d’une manœuvre destinée à isoler la communauté universitaire du mouvement populaire dans le pays”, a-t-il dit, en ajoutant que “si c’était une décision des pouvoirs publics, dans le cadre de la stabilité du pays, pour éviter une évolution qui pourrait déborder sur la violence, on comprendrait. Mais un ministre de l’Enseignement supérieur qui décide de cette manière, c’est inacceptable. En sus, dit-il, cela a été décidé sans la concertation avec les syndicats, ni les enseignants. C’est comme si la décision tombait du ciel”. Par cette décision, “on veut livrer à la rue les étudiants”, a-t-il expliqué, en voulant pour preuve que “la note a été adressée d’abord à la direction des œuvres universitaires avant les universités”. En conclusion, “cela démontre aussi une certaine panique de ce ministre”, affirme-t-il. Des membres de partis de l’opposition ont également dénoncé la mesure estimant qu’il s’agit d’une décision visant à ”affaiblir la dynamique citoyenne pour le changement”.


A. R.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER