Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Actualité

Hamid Grine : “Une nomination logique et naturelle”

L’installation de l’ex-porte-parole du RND marque l’entrée en application des nouvelles lois régissant le secteur de l’audiovisuel.

Comme annoncé auparavant par le ministère de la Communication, Miloud Chorfi a été installé, hier, à la tête de l’Autorité de régulation de l’audiovisuel lors d’une cérémonie présidée par le ministre de tutelle. Pour Hamid Grine, ministre de la Communication, l’installation du président de l’Autorité “est un jour historique” et la nomination de Miloud Chorfi à la tête de cette instance “est logique et naturelle”.
Même si l’annonce de la désignation de Chorfi à la tête de cette instance a essuyé beaucoup de critiques, Hamid Grine a souligné que le choix porté sur la personne de Miloud Chorfi “n’était pas fortuit”, mais, a-t-il soutenu, “il découle bien d’une adéquation incontestable entre l’homme et la mission”. Il a rappelé que M. Chorfi “est un homme des médias qui a fait ses preuves et acquis une expérience à la Radio et à la Télévision”, omettant de faire référence à son appartenance partisane, son mandat électif et le fait qu’il serait propriétaire de la chaîne de télévision Al-Adjwa. Hamid Grine a ajouté que le désormais président de l’Autorité de régulation de l’audiovisuel était déjà “président du Conseil de l’audiovisuel”. Sur ce, il a estimé que “des profils comme celui de M. Chorfi ne sont pas légion”. Évoquant les missions de cette instance, Hamid Grine a souligné que son premier responsable “présidera aux destinées d’une institution qui doit faciliter, réguler, contrôler et arbitrer dans le champ public et privé”, et ce, a-t-il poursuivi, “dans le cadre défini par l’éthique et les lois de la République”.
Par ailleurs, le ministre de la Communication a assuré le président de l’Autorité “de son total soutien”. Sur un autre volet, Hamid Grine a informé que l’installation de l’Autorité de régulation de la presse écrite est soumise au préalable de l’aboutissement du travail de la commission provisoire de la carte de journaliste professionnel. De son côté, Miloud Chorfi a estimé que la concrétisation de cet objectif — l’installation de l’Autorité — “est le signe que l'Algérie amorce une ère nouvelle en matière d'information pour l'édification du secteur audiovisuel sur des bases nouvelles qui lui permettront de concrétiser les aspirations des professionnels”. Il a rassuré que l’instance qu’il préside désormais “veillera sur l’application de la loi pour tous”. “C’est une grande responsabilité vu le travail énorme qui attend cette instance”, a reconnu, par ailleurs, Miloud Chorfi, appelant “à la conjugaison des efforts de tout un chacun”, pour concrétiser les attentes et faire de l’audiovisuel “un moyen de promotion économique et culturel”. M. Chorfi s’est dit, en outre, “honoré” de cette mission que le chef de l’État lui confie. L’Autorité de régulation de l’audiovisuel est, pour rappel, chargée de veiller “au libre exercice de l’activité audiovisuelle dans les conditions définies par la législation et la réglementation en vigueur, à l’impartialité des personnes morales exploitant les services de communication audiovisuelle relevant du secteur public et à la garantie de l’objectivité et de la transparence, en vertu de la loi”. Elle doit aussi veiller à la conformité des programmes audiovisuels aux lois et règlements en vigueur. Même les profils des membres de cette instance sont définis par la loi.