Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Tramway d’Alger : La ligne Ruisseau-Dergana mise en service

Haro sur les resquilleurs

L’extension de la ligne du métro jusqu’à El-Harrach a été inspectée hier par le ministre des Transports. © APS

Le système de contrôle mis en place par la Société d’exploitation du tramway (Setram) est animé par 190 agents pour dissuader les éventuels fraudeurs.

Avec l’inauguration hier du dernier tronçon Qahouet Chergui vers Dergana, la première ligne du tramway d'Alger reliant le Ruisseau à Dergana est totalement mise en service. Les 38 stations sur un trajet de 23,2 km sont entièrement opérationnelles, soit quatre ans après l’entrée en service du premier tronçon de cette ligne (Bordj El-Kiffan-Mokhtar-Zerhouni, soit une distance de 7,3 km en 2011. Le tronçon, ouvert officiellement hier, permettra du coup aux habitants d’Alger réputée pour être très embouteillée, d’être enfin libérée sur cette zone à forte densité humaine. Le ministre des Transports a présidé ainsi depuis le terminus de Dergana à la cérémonie de lancement de cette ligne jusqu’à Bordj El-Kiffan sur un trajet de 6,9 km et qui compte 8 stations. Ce nouveau tronçon dessert les quartiers Benzerga, cité Faïzi, Béni Merad, Qahouet Chergui et enfin Dergana.
Le directeur général de la Société d’exploitation du tramway (Setram), Garret Pascal, a indiqué, lors d’un point de presse, que le prolongement de ce mode de transport vers Dergana signe l’achèvement de la première ligne du tramway algérois. “Les exercices d’essai se sont bien déroulés. Les conditions de sécurité sont optimales. Beaucoup de nouveautés en matière de tarification sont attendues pour la prochaine rentrée universitaire ainsi que de nouveaux abonnements en direction des étudiants”. Et de poursuivre : “Avec ce nouveau tronçon, la Setram atteindra les 100 000 voyageurs par jour, au lieu de 70 000 à présent.” Cette augmentation de capacité d’accueil des trains de la Setram optimisera la rentabilité. Interrogé par Liberté sur le système de contrôle pour dissuader les resquilleurs, le patron de la Setram n’y est pas allé avec le dos de la cuillère pour souligner que la société a mis les bouchées doubles pour juguler ce phénomène qui a pris des proportions alarmantes et traquer les tricheurs.
“La présence des contrôleurs et des inspecteurs de la Setram s’est nettement renforcée. On compte à présent 190 agents au total. Ce qui a permis d’ailleurs de doubler nos recettes et d’atteindre les équilibres budgétaires”, a encore lâché Garret Pascal.
Dans la matinée, la délégation ministérielle a  assisté aux essais techniques à blanc de la ligne extension du métro haï El-Badr-El-Harrach qui sera officiellement ouverte au public le 5 juillet prochain.
Les membres de la délégation ont pris le métro à blanc depuis la station d’El-Harrach jusqu’à la station de l’ex-lotissement Michel, sur une longueur de 4 km. Cette extension compte quatre stations, Bachdjerrah au lieudit Tennis, Bachdjerrah, El-Harrach gare et El-Harrach Centre. Contrairement aux stations livrées jusque-là, ces nouvelles stations de métro sont conçues d’une manière adaptée aux personnes aux besoins spécifiques. Elles sont également dotées d’ascenseurs. À cette occasion, le directeur général de l’Entreprise du métro d’Alger, Hadbi Omar a fait le point sur les extensions qui sont en cours de réalisation. Les travaux de génie civil d’extension de la ligne haï El-Badr-Aïn Naâdja dotée de 3 stations sur un tronçon de 3 km sont achevés. Les équipements seront entamés durant le 3e trimestre de l’année en cours. La ligne sera mise en service en 2017.
L’extension Tafourah-place des Martyrs sur un trajet de 1,6 km sera également réceptionnée dans deux années. Parmi d’autres extensions, figurent les lignes El-Harrach-aéroport Houari-Boumediene sur un trajet de 9 km, Aïn Naâdja-Baraki sur un trajet de 6 km  et enfin place des Martyrs-Chevalley sur un tronçon de 8 km. Toutes ces extensions seront mises en service en 2020, ce qui permettra d’atteindre 40 km de métro dans la capitale. Les Algérois pourraient quand même attendre encore, puisqu’ils ont déjà pris leur mal en patience pendant 30 ans.


H H.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER