Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Noureddine Belmihoub, directeur général de l’ONT

“Il ne faut pas noircir le tableau”

Liberté : Comment évaluez-vous la participation de l’Algérie à ce salon ?
Noureddine Belmihoub : Les 14 professionnels qui ont pris part à ce salon représentent des tour-opérateurs, des agences de voyages, des hôtels et des compagnies aériennes. Beaucoup sont des habitués du salon. Ils ont l’occasion de rencontrer leurs clients pour affiner leur partenariat. D’autres participants sont venus nous voir au stand, afin de prospecter le marché.

Avez-vous remarqué un regain d’intérêt pour cette destination comparativement aux éditions précédentes du salon ?
Nous sommes, certes, passés par une période de terrorisme où le tableau avait été noirci sur l’Algérie. Mais cela est derrière nous. Aujourd’hui, nous nous employons à améliorer la qualité de l’accueil. Nous sommes en train de régler le problème des infrastructures. Il y a un programme d’investissement et de réalisation de structures d’accueil et d’autres équipements. Nous comptons 1 600 projets, dont la moitié a été réceptionnée. En Algérie, les hôtels poussent comme des champignons. Tout cela grâce aux facilitations qui ont été accordées aux investisseurs. À l’horizon 2025, nous aurons définitivement réglé le problème des infrastructures.

Mais en majorité, les occupants des hôtels sont des nationaux et des émigrés. Les touristes étrangers sont toujours absents...
Vous ne les voyez pas mais il y a des chiffres qui attestent l’augmentation du nombre d’entrées d’étrangers en Algérie. Beaucoup sont certes des binationaux mais il y a également d’autres nationalités. Il ne faut pas noircir le tableau en disant qu’il n’y a pas de touristes étrangers en Algérie. C’est faux. D’autant qu’il existe aujourd’hui une volonté politique de promouvoir cette destination, en mettant en avant toutes ses richesses. Il reste à parfaire la culture et l’éducation dans le domaine du tourisme pour que nous soyons plus attractifs et compétitifs. L’Algérie a des atouts. C’est un pays a découvrir, contrairement à la Tunisie qui a tout misé sur le tourisme balnéaire. Il n’y a plus rien à découvrir en Tunisie.

C’est en Tunisie pourtant que beaucoup d’Algériens passent leurs vacances. Ils préfèrent aussi aller en Turquie ou en Espagne plutôt que de rester dans leur pays, à cause d’un rapport qualité-prix désastreux des prestations...
C’est la règle de l’offre et de la demande qui détermine la qualité des prestations.
La qualité va s’améliorer indéniablement avec l’augmentation du nombre d’infrastructures hôtelières. Il est vrai que les tarifs sont excessifs car il n’y a pas de concurrence.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER