Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Le ministre du commerce l’a annoncé jeudi à Oran

Importations : levée sous peu de l’interdiction pour les intrants

Le ministre du Commerce, Saïd Djellab, jeudi dernier, à Oran. © APS

“Il y a eu certains intrants qui ont posé problème, c’est vrai. La mise à jour sera prête sous peu et cette question sera réglée définitivement et le plus vite possible”, a affirmé Saïd Djellab.

Le ministre du Commerce, Saïd Djellab,  a annoncé jeudi à Oran, dans une conférence de presse animée en marge du Salon de la production nationale Mentoudj bladi, qu’un groupe de travail s’attelle à finaliser une “mise à jour de la liste des produits interdits d’importation”.
Une liste qui comporte quelque 850 produits, notamment des intrants entrant dans la production et dont la suspension des importations a freiné les activités de certaines entreprises.“Il y a eu certains intrants qui ont posé problème, c’est vrai. La mise à jour sera prête sous peu et cette question sera réglée définitivement et le plus vite possible”, a promis le ministre qui, au passage, a démenti son prédécesseur qui avait annoncé le retrait d’une trentaine de produits de ladite liste.
“Je corrige, la mise à jour de la liste est toujours en cours et il n’y a pas encore eu de retrait”, a-t-il précisé, tout en indiquant qu’aucun échéancier n’a été fixé pour cette opération. Le ministre du Commerce a également lancé un appel pressant à l’adresse des producteurs nationaux pour appuyer la nouvelle politique commerciale afin de promouvoir les exportations et la substitution de la production nationale aux importations. “Je demande aux opérateurs et aux producteurs nationaux de s’organiser en filières, qu’ils s’informent auprès du ministère et du fonds de soutien à l’exportation”, a-t-il recommandé, insistant sur “des partenaires organisés pour que le partenariat avec le ministère soit efficace”. Cela dit, le ministre du Commerce a reconnu que
le fonds de soutien en question péchait par inefficacité. Il a, néanmoins, précisé que le problème n’était pas d’ordre financier, d’où ce nouveau chantier qu’il compte lancer après un bilan et une analyse de l’impact du fonds sur les exportations. Interrogé sur la campagne de boycott des véhicules montés localement ou encore sur la crise du lait, le ministre n’apportera rien de nouveau, se contentant de rappeler que les prix des véhicules étaient à l’étude dans son département et que les subventions du lait seront maintenues.
À l’adresse des partenaires commerciaux étrangers, le ministre conclura : “Nous allons aller vers d’autres instruments de sauvegarde de la production nationale. L’Algérie passe par une situation financière difficile et il est tout à fait légitime de prendre des mesures de sauvegarde pour l’équilibre de la balance des paiements.”
Le ministre du Commerce a assuré les opérateurs et les producteurs nationaux du soutien des pouvoirs publics pour “la mise en place d’une politique commerciale afin de protéger l’économie et garantir que la production nationale sera sauvegardée”.


D. LOUKIL

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER