Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Mobilisation pour le rejet de la présidentielle

Imposante marche des syndicats autonomes à Tizi Ouzou

La CSA a mobilisé beaucoup de monde. © K. Tighilt/Liberté

Après le succès de sa première marche du 27 novembre dernier, la Confédération des syndicats autonomes (CSA) est revenue à la charge hier à Tizi Ouzou où elle a organisé une seconde marche, plus imposante encore, afin de réaffirmer son adhésion indéfectible à la révolution populaire pacifique et son rejet de la présidentielle du 12 décembre. 

Plusieurs milliers de travailleurs affiliés aux différents syndicats formant la CSA, à savoir Cnapest, Unpef, Snte, Satef, Snapest et Snapap,  ont pris part à cette marche qui s’est ébranlée de l’université Mouloud-Mammeri en scandant d’emblée les habituels slogans rejetant ce scrutin, tels que “Ulac l’vote ulac”, “Ya s’hab el-kaskroute makanch l’vote”, “Hadh el-âam, ulac l’vote”. Le rejet de cette échéance a été également exprimé sur de nombreuses pancartes brandies par les manifestants, parfois même en usant d’une touche d’humour spécifique à la révolution du sourire. “Je ne douzdouzerai jamais, au grand jamais”, a ironisé un manifestant sur sa pancarte. Sur d’autres, on pouvait lire également, toujours dans le même sens : “Je ne vote pas”, “Non au vote du 12/12/2019”, “Ulac l’vote ulac”, “Makanch el intikhabat mâa el-îssabat”. Comme à l’accoutumée, de nombreuses autres pancartes appelant à la libération des détenus d’opinion ont été brandies par les manifestants. “Libérez les détenus d’opinion”, “Non à la justice du téléphone” et “Non à la répression, oui à la paix”, lisait-on sur ces affiches. Interrogé au cours de la marche, le coordinateur national du Snapest, Meziane Meriane, a estimé que “la marche de la CSA a permis de se mettre au diapason du vœu de la population qui rejette l’élection et c’est tout à fait normal et naturel que les syndicats autonomes s’alignent sur le hirak. L’objectif de cette marche est le même que celui de la population qui souhaite  une élection libre et crédible et non pas une élection sous contrôle qui vise à pérenniser le pouvoir en place”. Pour sa part, le coordinateur national du Satef, Boualem Amoura, a tenu à souligner que “l’objectif de cette mobilisation consiste à accompagner la révolution du sourire. Nous ne pouvons pas aller vers des élections dans un tel environnement de répression et d’emprisonnement des militants du hirak”. La Confédération des syndicats algériens compte investir la rue tous les jours entre le 8 et le 12 décembre en observant des grèves et en organisant des marches quotidiennes au chef-lieu de la wilaya de Tizi Ouzou. Par ailleurs, une autre marche en direction du siège de la daïra a été organisée hier dans la localité d’Azazga. Plus de 2 000 habitants y ont participé. Après avoir franchi le cordon de sécurité mis en place autour du siège de la daïra, la foule a procédé au saccage des urnes, sous les cris de“Ulac l’vote ulac”. 
 

K. Tighilt


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER