Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

La filiale algérienne de son groupe Brandt a été inaugurée avant-hier

Issad Rebrab, P-DG du groupe Cevital : “L’Algérie peut devenir l’atelier de l’Europe”

Lancement officiel de la filiale algérienne du groupe Brandt, repris par Cévital. © Liberté

La stratégie de Cevital consiste en le maintien des activités rentables et la relocalisation en Algérie de celles en difficulté afin de les faire bénéficier d’avantages comparatifs de coûts de production.

Le groupe Brandt, repris par Cevital en avril dernier, a inauguré sa filiale algérienne Brandt Algérie avant-hier à la faveur d’une cérémonie organisée à l’hôtel El-Aurassi à Alger. L’inauguration a été l’occasion pour le P-DG de Cevital, nouveau patron du groupe Brandt, Issad Rebrab, d’exprimer la “fierté” que lui fait la création de cette filiale qu’il a qualifiée de “nouveau fleuron de l’industrie algérienne”.
Dans son allocution où il a expliqué sa stratégie d’acquisition d’entreprises à l’international, Issad Rebrab a indiqué que “plusieurs conditions sont aujourd’hui réunies pour une véritable stratégie de colocalisation des entreprises sur les deux rives de la Méditerranée”. Et de souligner que “l’Algérie est en mesure de devenir l’atelier privilégié de l’Europe”. Et ce, a-t-il dit, “grâce à ce nouveau modèle qui favorise l’intégration économique par la production et le partage de la chaîne de valeur, un modèle qui permet aux dirigeants d’entreprise de valoriser au mieux les avantages comparatifs des deux rives”.
Issad Rebrab a pris pour exemple les deux sociétés qu’il a acquises en France, à savoir Oxxo et le groupe Brandt. Ce dernier (Brandt), qui vient d’être renforcé par une filiale algérienne dont l’unité de production implantée à Sétif devrait démarrer d’ici à la fin de l’année en cours avec un effectif de 600 employés, est ainsi sauvé de la liquidation avec, à la clé, la sauvegarde de 1 200 emplois sur 1 800, deux usines avec un centre de recherche développement.
La stratégie de Cevital consiste, selon son patron, en le maintien des activités rentables et la relocalisation en Algérie de celles en difficulté afin de les faire bénéficier d’avantages comparatifs de coûts de production. Issad Rebrab a précisé que Cevital s’est appuyé sur l’analyse faite par le président du pôle Industrie, son fils Malik, lequel a estimé que la main-d’œuvre représentait 45% du coût de revient des produits Brandt fabriqués en Europe où le prix de l’heure de travail industriel est de 30 euros. Or, a-t-il ajouté, l’Algérie, où le prix de l’heure de travail industriel ne coûte que 2,5 euros et vu ses bas coûts d’énergie et sa proximité avec l’Europe, peut offrir d’importants avantages comparatifs à l’activité de Brandt.  
Ce faisant, les activités rentables de cuisson (fours, cuisinières, etc.) ont été maintenues en France et les produits blancs (machines à laver, réfrigérateurs, climatiseurs) et bruns (tous types de téléviseurs), délocalisés en Asie et en Europe de l’Est, ont été relocalisés en Algérie.
Une relocalisation qui a permis à Cevital de lancer en Algérie “un complexe intégré d’électroménager et d’électronique, s’étalant sur une superficie de 110 hectares avec la création de 7 500 emplois directs, et qui sera capable de produire 8 à 10 millions articles par an dont 90% destinés à l’export”. Un complexe qui bonifierait, selon son patron, les atouts de cette acquisition forte de 1 300 brevets, quatre marques de renommée mondiale (Brandt, Vedette, Sauter et De Dietrich), ainsi qu’un réseau mondial de distribution.
Avec l’apport de cette filiale, le groupe Brandt vise, selon le chef de sa direction exécutive (CEO) Sergio Treviňo, qui a animé une conférence de presse en marge de cette cérémonie, un chiffre d’affaires de 600 millions d’euros en 2015 et devrait le porter à un milliard d’euros d’ici à 2020. De son côté, le directeur général de Brandt Algérie, Massinissa Aït Saâdi, a déclaré que le lancement de cette filiale est la première étape de la conquête du marché de la région Mena (Moyen-Orient et Afrique du Nord) : “Notre ambition est de faire de Brandt Algérie un acteur régional majeur.”   


L.H.

Publié dans : cevital,brandt

ARTICLES CONNEXES


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
no passaran le 11/06/2015 à 13h06

nous avons été le grenier de Rome dans l'antiquité, nous voilà devenus l'atelier de l'Europe. Attention aux mots, ils ont une histoire. Si ce patron veut augmenter ses profits en délocalisant chez nous, mar-haba à une condition, payer les ouvriers décemment et reconnaitre tous leurs droits y compris le droit de grève. Enfin les superprofits escomptés ne doivent pas aller uniquement dans l'escarcelle du patron.

Commentaires
1 réactions