Scroll To Top
FLASH
  • Le procès de Kamel Chikhi, dit "El Boucher", est reporté au 19 juin sur demande ses avocats.

A la une / Actualité

Ghaleb Bencheikh au Forum de "Liberté"

«Je suis surpris de l’hystérie qui agite mes coreligionnaires» (Vidéo)

©Bilel ZEHANI

Le philosophe, théologien et président de la Conférence mondiale des religions pour la paix, Ghaleb Bencheikh, était l’invité du Forum de « Liberté » de ce samedi 17 janvier. Il est revenu sur les événements survenus dernièrement en France. L’islamologue s’est également étalé sur les risques de la multiplication de la  stigmatisation des musulmans.

« Il y a une partie de la population française, (…) qui a envie d’attiser la situation pour aller à une conflagration, parce que on pense que tous ces maux, sont dus à la présence de ces in-intégrables musulmans (…) », a déclaré le philosophe.

Répondant à la question du modérateur Ahmed Lahri, sur les réactions à la publication des caricatures du prophète (qssl) au journal « Charlie Hebdo », Ghaleb Bencheikh n’a pas caché son désarroi, « je suis surpris de l’hystérie qui agite mes coreligionnaires à chaque fois qu’on touche à la figure prophétique, et on pense venger son honneur, alors qu’on le trahit ». Tout en ajoutant que « Lui-même (le prophète (qssl), ndlr) en 619, quand il est allé à Taïf, il a été battu à coups de mâchoire d’âne,  sa propre mâchoire fracassée, son visage ensanglanté, des éléments putrides sur la tête, lapidé à coups de pierre, et il ne disait rien d’autre que : « Ô mon Dieu, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font » ».

Pour le président de la Conférence mondiale des religions pour la paix qu’est Ghaleb Bencheikh, si on est convaincu de sa propre tradition, si on a une véritable connaissance, la caricature du journal satirique « ne touche pas, au contraire ».

En revanche, toujours selon le philosophe, il est tout  à fait normal de ne pas apprécier les caricatures, « on peut bien sûr être outré, et le faire savoir, mais d’une manière civilisée, on saisit les tribunaux(…) », a-t-il indiqué.

Le plus grand ennemi de l'homme c'est l'ignorance, c’est ce qu’a tenté d’expliquer Ghaleb Bencheikh au cours de son intervention, «  voilà à quoi on assiste quand il y a une méconnaissance du patrimoine, et qu’on n’agit pas en homme intelligent. Et quand je parle d’intelligence, c’est toujours l’intelligence hybride du cœur et de l’esprit».

Plus de détails dans notre édition de dimanche.

Imène AMOKRANE

@ImeneAmokrane

ARTICLES CONNEXES


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
2 réactions
fouad le 17/01/2015 à 21h02

votre journal invite se philosophe et son frére toujours pour nous vendre son Islam francais ,autocensuré a des Algerien qui ne son pas dupe , s'il vous plait ne vous rapporché pas dans vos ligne editorial de la france colonial ,celle qui nous considére encore comme des beni oui oui ,je me demende pourqoui votre filiasouf n'es pas surpris de la marche pour la psodos "liberte d'expression" qui utilise un humour de lache comme la si bien dit un vrai philosophe Tarek ramadhan,je suis Mohamed

aminelicia le 18/01/2015 à 8h37

Je ne pense pas que ce soit de l'hystérie. Quand on touche à vos convictions, à vos aspirations, à vos convictions, on vous provoque et le prophète a dit (qlssl) qui faut éviter l'injustice mais qu'il faut répondre à ceux qui vous agressent. En décembre 1960, les Algériens se sont soulevés massivement contre les colons français et leur armée. Dans les rues, ils affrontaient les mains nues, la mitraille ennemie. Ils tombaient comme des mouches. Vous n'allez me dire que c'est de l'hystérie.

Commentaires
2 réactions