Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Le représentant du BIT à Alger

“J’ignore l’agenda de la mission”

Hier au Méridien d’Oran, l’occasion de célébrer le double anniversaire de la création de l’UGTA et la nationalisation des hydrocarbures, a été mise à profit par le patron de la Centrale syndicale pour indiquer à ses détracteurs et aux organisations syndicales autonomes, que l’UGTA comptait sur le continent. Car dès le début de la cérémonie, Sidi-Saïd et les organisateurs mettront en avant la présence parmi les invités officiels, du représentant du BIT à Alger, Ali Deyahi. Ce dernier prendra la parole pour une intervention au cours de laquelle il rendra un hommage fort appuyé à l’UGTA et à Sidi-Saïd, l’appelant mon ami.
À la fin de la cérémonie, Ali Deyahi sera sollicité par des journalistes, pour confirmer la venue ou non de la haute mission du BIT qui était prévue en Algérie ce 26 février. La veille, sur cette question, le ministre du Travail avait, depuis Oran, expliqué que la venue de la délégation du BIT avait été conditionnée par notre pays.
Des conditions ayant un lien avec l’agenda des rencontres prévues par la mission du BIT. Et surprenant les présents, le représentant de cette même organisation déclarera : “Je ne suis pas au courant, je n’ai pas d’information sur la mission et je ne sais pas si elle est reportée.”
Plus loin, poussé à confirmer les informations données par le ministre et les syndicats autonomes, Ali Deyahi minimisera l’importance de la mission du BIT. “Il ne s’agit que d’experts qui viennent dans le cadre de l’application de la mise en conformité (voir notre radar du 24 février 2018)”, puis fuyant la presse, il se contentera de dire : “Cela étant, une source du ministère de Travail citée par l’APS a réfuté qu’il y ait refus de recevoir la mission du BIT.”
“Dès réception d'un courrier du BIT informant le ministère du Travail de la période de déplacement de cette délégation, un accord a été donné pour son accueil”, a déclaré la même source, ajoutant que les services du BIT “ont, par la suite, finalisé et transmis des termes de référence composés d’une liste d’institutions administratives et d’organisations syndicales que la mission souhaiterait rencontrer”. La même source poursuit, toujours selon l’APS, qu’“une réponse a été transmise dans les délais informant l’administration du BIT de l'accord du ministère du Travail pour la rencontre de toutes les institutions administratives et organisations syndicales (au nombre de 10) à l’exception de deux prétendues organisations qui ne respectent pas la législation algérienne du travail”, assurant que “ce n’est pas un refus, mais une réponse précise suite au souhait avancé”.


D. L./APS


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER