Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A LA UNE / Actualité

Actualité

La citation de Hamrouche en question (VIDÉO)

Lors de son intervention, dimanche dernier, au Forum de « Liberté »l’ex Chef du gouvernement, Mouloud Hamrouche, avait mentionné une citation, en commençant par « je crois que Churchil (Winston Churchill, 1874-1965, premier ministre du Royaume-Uni de 1940 à 1945, ndlr) avait une phrase terrible » avant de la réciter :« La Grande Bretagne n’a pas d’ennemis permanents, n’a pas d’amis permanents, elle n’a que des intérêts ».

Il s’avère que la citation n’est pas de l’ex premier ministre britannique. Certes il s’agit d’un concitoyen de Winston Churchil, de surcroit Lord, mais il faut rendre à César ce qui appartient à César. L’auteur de cette citation est un certain Lord Palmerston, homme politique anglais et sa phrase exacte est « L'Angleterre n'a pas d'amis ou d'ennemis permanents, elle n'a que des intérêts ».

Toutefois, il faut mentionner, que Mouloud Hamrouche avait commencé sa phrase par un « je crois que »...

L'ex-président français, Charles De Gaulle avait également lancé une formule ressemblant à celle de l'anglais "La France n'a pas d'amis, mais des intérêts."

En revenant aux propos des présidents français, le dernier en date en a fait une semblable, mais cette fois en se trompant sur une citation d'un algérien. C'était en décembre 2012, à l'occasion de la visite officielle de François Hollande en Algérie. Lors de son allocution devant les deux chambres réunies du Parlement le président français s'était trompé sur une citation. Au lieu d'attribuer la fameuse phrase "La langue française a été et reste un butin de guerre" à Kateb Yacine, il avait cité le sénégalais Léopold Sédar Senghor (lire: "François Hollande "vole" le butin de guerre de Kateb Yacine").

Salim KOUDIL

@SalimKoudil