Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Cheptel touché par des épidémies

La CNMA lance l’opération d’indemnisation

© D.R.

L’opération d’indemnisation des éleveurs dont le cheptel est victime d’épidémies commencera ces jours-ci. Le ministre de l’Agriculture, Abdelkader Bouazghi, a promis de dédommager ces agriculteurs qui ont subi des pertes importantes de leur bétail à travers plusieurs wilayas du pays. Outre les vaccins qui arriveront dès la fin du mois en cours, le premier responsable du département de l’Agriculture a assuré que l’État a pris toutes les mesures nécessaires pour indemniser les éleveurs dont le bétail a été touché par ces maladies. La tutelle a décidé de compenser les dégâts enregistrés à la fois par les éleveurs assurés et ceux qui n’ont pas souscrit à une assurance. Ces derniers doivent au préalable constituer un dossier. Une chose est certaine, les services compétents au ministère ont arrêté les conditions éligibles à l’indemnisation, ainsi que les procédures à suivre. Les éleveurs, notamment ceux affiliés à la Fédération nationale, expriment, toutefois, une certaine crainte quant au déroulement de cette opération. Il s’agit surtout de ceux qui n’ont pas assuré leur bétail et ceux n’ayant pas jugé utile de déclarer leurs bêtes, ciblées par le virus de la peste animale et de la fièvre aphteuse.
Cherif Benhabilès, directeur général de la Caisse nationale de mutualité agricole (CNMA), a révélé, récemment, que les procédures d’indemnisation des éleveurs affiliés, dont le cheptel bovin a été affecté par la maladie de la fièvre aphteuse, ont été entamées et le montant de l’indemnisation varie entre 80 et 90%, en fonction du prix et de l’âge du bovin. D’ores et déjà, la CNMA a débloqué, dans ce cadre, une enveloppe de plus de 12 millions de dinars pour indemniser 9 éleveurs touchés, propriétaires de 76 têtes bovines.

12 millions de dinars débloqués
La caisse indemnise, selon une responsable, en fonction des déclarations des éleveurs touchés. Le montant déboursé a été octroyé, faut-il le souligner, aux agriculteurs des wilayas de Tizi Ouzou, de Médéa, de Sétif et de Bouira. Le DG de la CNMA suggère de faire aujourd’hui de l’assurance agricole une condition pour pouvoir bénéficier de tous les types de soutien proposés aux agriculteurs. Ce qui permettra à l’avenir, affirme-t-il, d’élaborer une carte nationale incluant toutes les données facilitant les procédures de compensation en cas d’enregistrement de catastrophes naturelles liées à l’activité agricole.
Il faut dire que si la peste des petits ruminants est une maladie qui n’a pas d’incidence sur la santé humaine, son impact sur le plan économique est, néanmoins, important d’autant plus qu’elle est largement répandue, comme ce qui prévaut en ce moment dans notre pays où pas moins de 22 millions d’ovins attendent d’être protégés par la vaccination.
Cela dit, le ministère avait annoncé, fin décembre dernier, qu’une campagne de vaccination du cheptel sera entamée au début de ce mois de janvier, précisant que 400 millions de dinars ont été alloués pour l’acquisition du vaccin contre la peste des petits ruminants. Peu optimistes, des éleveurs membres de la fédération soutiennent mordicus que l’opération de vaccination ne sera pas lancée avant le mois de mars prochain à cause des retards qui risquent d’être fatals pour quelque 28 millions d’ovins et 2 millions de bovins… Du point de vue purement économique, 12 wilayas, dont les ressources reposent essentiellement sur la richesse animale, seront, de ce fait, touchées.
L’on peut citer Djelfa, Naâma, El-Bayadh, Laghouat, Tiaret, Biskra, M’sila, Tébessa, Sidi Bel-Abbès… La peste des petits ruminants a fait, pour rappel, des ravages dans le cheptel. Une maladie qui a décimé plus de 3 000 ovins à travers 19 wilayas du pays.


B. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER