Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

validation de l’année universitaire 2017-2018 pour les médecins résidents

La décision connue ce mardi

Le sort pédagogique des médecins résidents sera, ce mardi, au centre d’une réunion entre le ministre de l’Enseignement supérieur, Tahar Hadjar, et les présidents des comités pédagogiques régionaux de spécialité (PCPRS), a-t-on  appris de sources sûres. Une rencontre, pour, selon nos sources, trancher définitivement la question de la validation de l’année universitaire 2017-2018 des résidents, qui ont observé une grève de plus de sept mois. Sous la présidence du Mers, les présidents des comités pédagogiques devront, à en croire nos sources, soit décréter l’année blanche en assumant toutes les conséquences qui en découleraient, soit prolonger l’année pour rattraper le retard de plus de sept mois. Selon nos sources, la deuxième solution semble être partagée par la majorité des enseignants hospitalo-universitaires. La décision de prolongation de l’année sera suivie, dit-on, par la mise en place d’un planning de rattrapage des cours théoriques et des séances pratiques. Ce qui débouchera sur la programmation de nouvelles dates d’examen de la 1re année jusqu’à la 5e année de résidanat. Selon d’autres sources, des cours de rattrapage ont été déjà assurés pour certaines spécialités. La responsabilité des enseignants, des chefs de service et des présidents des comités pédagogiques est entière en matière d’évaluation pédagogique, conformément aux textes réglementaires y afférents. D’autant que la décision d’homologation de l’année n’est nullement administrative, dit-on, mais d’ordre pédagogique. Le ministre devra trancher sur la base de la décision des PCPRS. Pour les premières années de résidanat, l’examen est important, puisqu’il est sanctionnant et déterminant pour la suite du cursus résidanat qui s’étale sur cinq années. Des épreuves théoriques et pratiques dites intercalaires seront organisées pour les résidents des 2e, 3e, 4e et 5e années. Le dossier des Demsistes recalés sera aussi à l’ordre du jour de la réunion de ce mardi. Il sera question de se prononcer sur le devenir de
820 résidents qui ont échoué à l’examen de juillet dernier. Plusieurs options sont avancées pour résoudre cette question. Selon nos sources, une nouvelle session de rattrapage du DEMS sera proposée et programmée, dit-on, pour le dimanche 14 octobre.
L’autre proposition consiste à exclure les Demsistes recalés de l’hôpital et de les programmer pour la prochaine session du DEMS de janvier ou d’avril prochains. Si elle venait être adoptée, cette deuxième solution privera les Demsistes de leurs salaires, alors que la réglementation offre une seconde chance aux résidents de refaire l’année une fois, tout en gardant l’avantage du salaire.  


Hanafi H.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER